Le jargon du bureau : d’autres pièges de la langue administrative

Sur cette page

Publié le 
13 octobre 2020
Rédigé par  , Portail linguistique du Canada

On l’a vu dans mon billet intitulé « Le jargon du bureau : trouver le mot juste en français » : la langue administrative est riche en anglicismes. Après la parution de ce premier texte, des collègues m’ont demandé quand j’écrirais le suivant. Je vous offre donc avec plaisir un autre bouquet de mots lus et entendus dans le contexte professionnel. Bonne lecture!

1. « Désormais, nous mettrons l’emphase sur les nouveautés. »

Qui n’a pas déjà entendu l’expression « mettre l’emphase sur »? Elle est pourtant calquée sur l’anglais to put emphasis on. En français, « emphase » est un mot vieilli ou péjoratif qui décrit une exagération dans la façon de s’exprimer (parler avec emphase).

On peut toutefois mettre l’accent sur ou insister sur quelque chose, voire en faire son cheval de bataille, si le contexte s’y prête. « Mettre l’emphase » se remplace bien par souligner, mettre en évidence, attirer l’attention sur. D’autres possibilités sont présentées dans l’article « emphase (mettre l’emphase sur) » des Clefs du français pratique.

2. « Il faut supporter nos clients corporatifs. »

Le verbe « supporter » est parfaitement français… quand il exprime l’idée de soutenir une charge, d’endurer une chose pénible ou de tolérer quelqu’un. Vous l’aurez remarqué : tous ces sens ont un aspect négatif.

C’est quand on utilise ce verbe dans un sens positif que l’on se trompe. On le remplacera alors par appuyer, soutenir ou aider. Parfois, to support veut même dire financer. Le dictionnaire Usito recense d’autres mots utiles dans la section « Anglicisme critiqué » de l’article « supporter ».

Plus difficile à remplacer, « corporatif » est aussi très populaire. C’est parce que l’anglais corporate, extrêmement courant, veut dire une foule de choses. Au bureau, il est surtout employé dans les sens suivants :

  • relatif ou propre à une entreprise ou à un organisme;
  • relatif aux activités commerciales ou au monde des affaires;
  • général, global.

En comparaison, le français « corporatif » a un sens restreint que l’on rencontre rarement. Il signifie « propre aux corporations ». Et qu’est-ce qu’une corporation? C’est une association chargée de défendre les intérêts des membres d’une profession, autrement dit un ordre professionnel. Vous voyez que « corporatif » ne correspond hélas à aucun des sens du corporate anglais, malgré sa forme semblable.

Heureusement, les solutions sont nombreuses. L’article « corporatif » des Clefs du français pratique en présente un grand nombre, des adjectifs comme commercial, organisationnel et général aux expressions comme entreprise citoyenne, droit des sociétés et monde des affaires. Il y en a pour tous les contextes. Dans la phrase ci-dessus, on pourrait parler de sociétés clientes, de clients commerciaux ou de clientèle d’affaires.

3. « Une dizaine de minutes suffiront pour compléter le formulaire. »

Il y a des expressions qui ont l’air si françaises qu’on se demande quel mal il y aurait à les adopter. C’est le cas de « compléter un formulaire », qui nous vient de l’anglais to complete a form.

Ici, les ouvrages de langue sont unanimes : en français, on remplit un formulaire ou un questionnaire. D’ailleurs, l’anglais connaît aussi l’expression to fill out a form, qui signifie littéralement… « remplir un formulaire ».

Le verbe « compléter », lui, s’emploie dans le sens de « rendre complet » ou d’« achever ». Dans l’article « compléter » des Clefs du français pratique, on explique comment remplacer cet anglicisme dans bon nombre de contextes.

4. « Il me faudra une liste des besoins de haut niveau. »

L’expression « de haut niveau » est passablement rare dans les textes soignés écrits en français, mais on la voit couramment dans les textes traduits, où elle s’introduit sous l’influence de l’anglais high-level.

Dans les dictionnaires, on trouve en gros trois sens courants de cette expression :

  • qui se trouve à un niveau hiérarchique élevé (un cadre de haut niveau);
  • qui est perfectionné, complexe, avancé (une formation de haut niveau);
  • qui a atteint l’excellence (un athlète de haut niveau).

Toutefois, dans nos milieux professionnels, on prête régulièrement à « de haut niveau » un sens qui n’existe pas en français. Par exemple, si on vous demande de rédiger un « plan de haut niveau », vous devrez décrire les étapes en surface, sans aller dans les détails.

Pour exprimer correctement le concept de high-level plan ou high-level requirements, par exemple, on peut employer l’adjectif général ou global. On peut aussi donner une idée d’ensemble ou les grandes lignes d’un projet, plutôt qu’une « description de haut niveau ».

5. « À la fin de la journée, il n’y a pas que les profits qui comptent. »

C’est sous l’influence de l’anglais qu’on utilise l’expression « à la fin de la journée » pour dire tout compte fait, tout bien considéré. C’est là le sens de l’expression anglaise at the end of the day, d’après le dictionnaire anglais gratuit Lexico.

En français, l’expression sert à introduire ce qui se produit à la fin de l’après-midi ou en début de soirée. Par exemple : « À la fin de la journée, tout le monde est rentré à la maison ». Pour parler du résultat d’une réflexion, on peut utiliser les expressions citées plus haut ou encore :

  • enfin, finalement;
  • en somme;
  • au bout du compte, à la fin du compte, en fin de compte.

Ce billet vous a-t-il fait penser à des mots ou à des expressions que vous avez lus ou entendus au travail? J’aimerais les connaître! Écrivez-les dans la section des commentaires.

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Marc-André Descôteaux

Marc-André Descôteaux

Traducteur et réviseur depuis une vingtaine d’années, Marc-André Descôteaux s’intéresse au Web depuis l’époque du modem à 2400 bauds. Grand curieux, il est passionné de culture, de voyage et de langue. Il est enchanté de contribuer aujourd’hui à l’équipe du Portail linguistique du Canada.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Même si ce sont des erreurs que je ne commettais pas, ces articles sont très intéressants à lire. Comment puis-je les voir tous?

Bonjour,

Je suis ravi que ces articles vous plaisent.

Pour le moment, il n'y en a qu'un autre dans la série. Vous pouvez cliquer sur le lien « Plus de billets du même auteur » pour trouver le premier. Vous pourriez aussi faire une recherche dans la page « Archives du blogue Nos langues ».

J'espère que cette série comptera un jour d'autres billets. Qui sait?

D'autres expressions que l'on entend souvent : « Je vais vous partager », « Ce n'est pas ma tasse de thé ».

Oh, « partager à quelqu'un », c'est vrai qu'on le voit souvent! Vous avez bien raison. Moi non plus, ce n'est pas ma tasse de thé! :-)

Date de modification :