Le coin du grammairien : spécial orthographe

Sur cette page

Publié le 
27 janvier 2020

Le journal Le Franco est l’unique journal de langue française en Alberta. Il publie une rubrique intitulée « Le coin du grammairien » qui se propose de démêler les mystères de la langue française, à travers des exemples ludiques et accessibles, pour le grand plaisir de ses lecteurs et pour tous les niveaux.

Voici le quatrième condensé des textes de cette rubrique. Cette fois, il sera question d’orthographe. Vous sentez-vous d’attaque?


L’accent circonflexe et ses effets sournois

Faut-il écrire « une tache » ou « une tâche »? « une côte » ou « une cote »? « mur » ou « mûr »?

Certains mots homonymes (c’est-à-dire qui s’écrivent ou se prononcent de la même façon, mais qui ne désignent pas les mêmes choses) se distinguent l’un de l’autre par l’accent circonflexe qu’ils contiennent. Examinez ces exemples :

  • Les agriculteurs albertains exploitent leurs acres où poussent parfois des herbes âcres.
  • Les jeunes qui reviennent des boîtes sur l’avenue Whyte le samedi soir boitent parfois d’avoir trop dansé.
  • Les colons de l’Ouest canadien ne se souciaient que rarement de leur côlon
  • Certaines entreprises ayant une cote en bourse surplombent la côte de la River Valley à Edmonton.
  • Les jeunes yogistes sont adeptes de jeûnes pour purifier leur corps.
  • Des fruits bien mûrs sont tombés près du mur de ma maison.
  • Si je commets un acte répréhensible, je pèche, mais si je cherche du poisson dans la rivière Saskatchewan, alors je pêche!
  • Voilà une bien lourde tâche que de retirer les taches des vêtements des enfants après une rentrée scolaire agitée!

On ne perd pas le nord

Faut-il écrire « le Nord de l’Alberta » ou « le nord de l’Alberta »?

Lorsqu’ils désignent une orientation, les points cardinaux s’écrivent avec une minuscule.

  • La partie sud de la province partage une frontière avec le Montana.
  • Eaux Claires et Belle Rive sont des quartiers nord d’Edmonton.
  • Pour aller vers les Rocheuses, il faut suivre la direction ouest.

On utilise aussi la minuscule quand les points cardinaux servent à indiquer une direction ou une position relative à un lieu.

  • Lethbridge se trouve au sud de la province.
  • L’Alberta est à l’ouest de la Saskatchewan.
  • Fort McMurray est situé dans le nord de l’Alberta.

En revanche, on utilise la majuscule si on fait référence à une zone géographique bien délimitée.

  • Le Canada est en Amérique du Nord, mais le Canada se trouve dans le nord de l’Amérique.
  • L’Alberta fait partie de l’Ouest canadien, mais elle est située à l’est de la Colombie-Britannique.
  • Je voyage dans le Sud-Est asiatique, mais je voyage dans le nord-ouest des États-Unis.

Majuscules dans les nationalités

Canadiens ou canadiens? Franco-Albertains ou franco-albertains? Les noms qui désignent des êtres humains prennent une majuscule.

  • Les Canadiens adorent le camping.
  • D’après les sondages, il y aurait environ 80 000 Franco-Albertains.
  • Les Canado-Américains traversent la frontière pour travailler.
  • Une Canadienne a épousé un Italien.

En revanche, les adjectifs, eux, s’écrivent avec une minuscule. Et les langues aussi!

  • Nous avons hissé le drapeau canadien.
  • Les Guinéens ont fêté l’indépendance guinéenne.
  • La communauté franco-albertaine est composée de Franco-Albertains.
  • Combien de Canadiens parlent espagnol?
  • Les Français parlent français.

Le trait d’union ne vous jouera plus de tours

Non francophones ou non-francophones?

Quand il s’agit d’un nom, on met un trait d’union après le mot « non ».

  • Il y a plus de non-francophones que de francophones en Alberta.
  • Ce restaurant est réservé aux non-fumeurs.
  • Gandhi était un adepte de la non-violence.
  • Les non-voyants ont besoin de services adaptés à leurs besoins.
  • Le non-respect de la loi est inenvisageable.

Non conforme ou non-conforme?

En revanche, devant un adjectif ou un participe passé, on n’utilise pas le trait d’union.

  • Les organismes non gouvernementaux ont une influence politique.
  • Cette proposition est non conforme à la loi.
  • Les étudiants non francophones ne peuvent pas aller au Campus Saint-Jean.
  • Les candidats non élus sont déçus.

Parfois, les deux sont possibles! Car avec l’usage, on en est venu à écrire certains adjectifs ou participes passés comme des noms.

  • Des marcheurs non-violents ont manifesté dans la rue. (ou non violents)
  • Il faut des chefs de file non-conformistes pour faire avancer les choses en politique. (ou non conformistes)
  • Les pays non-alignés s’unissent. (ou non alignés)

Toutefois, l’application de la règle générale vous assurera toujours de ne pas faire de faute.


À l’assaut des « e » superflus

L’habileté ou l’habiletée?

Les noms féminins en –té ou –tié ne prennent pas de « e » final, sauf quelques exceptions (évidemment!), comme butée, dictée, jetée, montée et portée.

  • C’est avec une grande habileté que Sandra a marqué des points à la soirée de curling à Edmonton.
  • Elles partageaient une profonde amitié.

La glu ou la glue?

Si les noms féminins en –u prennent généralement un « e » final (comme avenue, laitue, rue ou tortue), il existe des exceptions!

  • Il me faut de la glu pour recoller le montant de la porte.
  • La tribu francophone est très dynamique en Alberta!
  • Quelle est la meilleure vertu? Écrire sans faire de faute, bien sûr!

La fourmi ou la fourmie?

Les fourmis sont des insectes extraordinaires.

Eh oui! Pas de « e » pour ces petites bêtes!

Un athé ou un athée?

Attention : un certain nombre de noms masculins prennent un « e » final, car ils proviennent du grec : lycée, musée, apogée, trophée, scarabée, mausolée…

Le Canada compte de nombreux athées.


Alors, certaines règles vous ont-elles étonné? Nous espérons que ces rubriques du Franco vous aident à vous perfectionner! Si vous pensez à d’autres mots difficiles, mentionnez-les dans les commentaires.

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Journal Le Franco

Le journal Le Franco, c’est l'Alberta en version française. Fondé en 1928, il est le seul journal francophone de la province. Disponible en version papier et Web, il offre un contenu varié chaque semaine.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Je suis confus...

https://www.noslangues-ourlanguages.gc.ca/fr/blogue-blog/le-franco-speci...
• Fort McMurray est situé dans le nord de l’Alberta.

https://www.btb.termiumplus.gc.ca/redac-srch?lang=fra&srchtxt=cardinaux&...
Pour des raisons de simplicité et de logique, nous recommandons d’appliquer la même règle lorsque le point cardinal est suivi d’un complément introduit par de ou du :
• habiter dans le Nord de l’Ontario

Les traits d'union ne sont pas ultimement évidents. Il faudrait trouver un dictionnaire québécois sur les mots composés, parce qu'il doit en avoir beaucoup. Juste me remémorer tout ça et je ferais une syncope!

Date de modification :