Mon amour pour la traduction, l’interprétation… et l’Acadie

Sur cette page

Publié le : 
28 janvier 2019
Rédigé par : Sandy Harquail

Je sais depuis ma tendre enfance que le fait d’être bilingue est un privilège. La famille de ma mère est francophone et celle de mon père, anglophone. Je peux vous dire que les visites en famille étaient intéressantes, surtout avec les cousins qui ne connaissaient pas le français et nous qui baragouinions l’anglais. Je crois que c’est à ce moment qu’est né mon rêve d’être traductrice. Pas parce que j’aime les mots (comme j’entends souvent d’autres dire lorsqu’on leur demande : « pourquoi la traduction? »), mais bien parce que j’aime la communication. Je trouve essentiel que le message soit compris des deux côtés de la barrière invisible, mais très présente, des langues.

Alors maintenant à 51 ans, je suis en deuxième année d’études en traduction et j’adore! Même quand mes notes ne sont pas aussi bonnes qu’elles devraient l’être, même lorsque je dois étudier jusqu’à minuit les soirs de semaine, J’ADORE!!! Le retour sur les « bancs d’école » n’est pas facile, mais grâce à mes jeunes amis, beaucoup plus facile que j’anticipais.

La jeunesse à l’Université de Moncton provient de toute part de la francophonie. Il y a beaucoup de jeunes Africains, Européens, Québécois (qui échappent à une année d’études) et Néo-Brunswickois, entre autres. La cacophonie entre deux cours est très intéressante avec toutes les variations de la langue française.

Pour vous mettre en contexte, j’ai passé mon enfance dans l’Outaouais et j’ai déménagé à l’âge de 12 ans à Montréal. Presque 20 ans plus tard, j’ai décidé de m’établir au Nouveau-Brunswick. Donc, mon héritage linguistique provient de deux régions distinctes : l’Outaouais et Montréal. Rien ne m’avait préparée au langage acadien, et j’avoue être « tombée en amour » avec l’Acadie, avec les gens d’ici et leur langue, qui est très riche et colorée. Je suis ravie par l’accent acadien qui diffère d’une région à une autre. Sa modulation chantante et les mots archaïques font en sorte que les conversations peuvent être cocasses par moments.

Voici quelques exemples de mots qui m’ont surprise les premières fois que je les ai entendus :

Exemples de mots acadiens accompagnés de leur équivalent en français international
Mot acadien Équivalent en français international Exemple de phrase
berlandeux indécis Il est berlandeux.
couler glisser La glace m’a fait couler le pied.
espérer attendre Espère-moi.
galance balançoire On va sur la galance.
hardes vêtements On lave nos hardes.
mitan milieu On se rejoint au mitan du chemin.

Pour plus de mots, voir le Glossaire acadien de Pascal Poirier (accès libre sur Internet).

Il ne faut surtout pas avoir peur de demander des clarifications sur ce qu’on entend parce que ça peut mener à des histoires très comiques. Je suis très heureuse de vivre en milieu acadien, j’en profite pour apprendre une variante de la langue française qui a réussi à survivre à travers les siècles (ça fait plus de 400 ans que les Acadiens sont ici).

Bon, pour revenir à nos moutons, je suis de souche québécoise, mais Acadienne de cœur, et mon amour pour la langue ne fait que grandir. J’étudie pour être traductrice, mais en fait, je ne suis pas très puriste, ce qui va me créer des problèmes (j’en suis certaine!). Pour l’instant, j’en suis à l’étape de l’apprentissage. En fait, j’aimerais être interprète, car j’ai eu plusieurs fois l’opportunité de faire de l’interprétation de l’espagnol à l’anglais et de l’espagnol au français ainsi que de l’anglais au français et du français à l’anglais. J’étais toujours très consciente que le message, le contenu, était ce qui était important et non pas les mots nécessairement. Je me devais d’être le plus près du sens possible et de devenir un pont entre deux mondes qui ne pouvaient pas se comprendre.

Quel métier merveilleux, celui de traduire d’une langue à l’autre à l’oral! Je n’aime pas dire « interpréter », car le sens risque d’être mal compris : on n’interprète pas les mots, on livre le message dans une autre langue. Enfin, on appelle ça de l’interprétation, alors qui suis-je pour changer le titre d’un si beau métier? Souhaitez-moi bonne chance dans mes études et dites-moi si vous avez des histoires cocasses à me raconter sur vos expériences lexicales avec une variante de votre langue.

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Sandy Harquail

Sandy Harquail est une poète et une écrivaine. Elle a la passion des mots depuis un très jeune âge. Plusieurs de ses poèmes ont été publiés dans des recueils de poésie et deux de ses histoires pour enfants sont à l’étude dans une maison d’édition de Moncton. Elle est en deuxième année universitaire dans le programme de baccalauréat en traduction.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Quel bel article rendant hommage à notre beau parler acadien qui est si dévalorisé par notre société. Bon courage et merci!

Bonjour Deanna,

Le parlure acadienne m’enchante et c’est vrai, elle est trop souvent snobée. Je suis contente de pouvoir en faire la promotion et de partager mon amour pour cette langue. Merci aussi pour les souhaits.

Ce message démontre l'importance d'être bilingue et aussi la détermination de l'auteure. Les connaissances profondes d'une langue résident dans la recherche des vraies bases et l'évolution linguistique... La langue est un outil très important pour les travaux de recherche et une meilleure communication.

Bonjour Domithile,

Merci d’avoir pris le temps de me lire, c’est gentil.

Vous devriez peut-être profiter un jour des cours de traduction espagnol-français (TRA4503A) et français-espagnol (TRA4502A) que nous avons à l'École de traduction et d'interprétation de l'Université d'Ottawa. En ce moment, on fait TRA4503A et on traduit précisément une partie de nos textes en espagnol comme pratiques en classe et comme devoirs à la maison, vers les variantes franco-ontarienne et autres du Canada francophone. L'espagnol en Amérique du Nord est une langue en plein essor (plus de 50 millions d'hispanophones et plus de 2 billions [trillions in English] de dollars de pouvoir d'achat!). L'espagnol et le français ont dans ce continent nord-américain un champ de développement important, qui sans doute influencera les hispanophones et francophones partout ailleurs.

Merci pour la suggestion Raúl. Je vais terminer mes études à l’Université de Moncton avant même de penser à d’autres études. Vos cours semblent très intéressants. Bonne chance dans vos cours.

Merci de nous faire partager votre expérience avec les langues et celui de votre retour à l'école! Nous avons le même âge, et je vous trouve courageuse d'être retournée à l'école dans la cinquantaine. De mon côté, j'y suis retournée à 32 ans.

Je partage aussi votre amour pour la communication... plus que pour les mots! Je suis rédactrice et réviseure linguistique, et c'est bien ce qui m'anime : faciliter la communication!

Bon succès dans vos études et pour la suite des choses!

Bonjour Hélène,

Merci pour les mots d’encouragement!

Bravo! Un bel article qui me remémore ma propre expérience d'études en traduction sur le tard. Les Acadiens sont en effet un peuple charmant qui ne laisse personne indifférent.

Bonjour Ronald,

J’espère que c’était des bons souvenirs que vous avez conservé du temps de vos études. J’adore l’Acadie et voulais m’assurer que mes mots lui rendent justice. Merci de m’avoir lue.

Juste un petit mot de Normandie pour vous remercier de votre « billet » et vous souhaiter bonne chance dans vos études de traduction.

Bonjour Jacques,

Merci beaucoup pour ces belles paroles encourageantes. Wow, la Normandie! Merci de m’avoir lue! J’espère que vous aurez la chance de venir nous voir (si ce n’est déjà fait) et d’entendre par vous-même les ondulations de la variante linguistique acadienne. Elle fait du bien.

Contente de vous lire, Sandy! Quand je vous ai rencontrée à Moncton, j'ai tout de suite su que votre billet de blogue serait à votre image : authentique. Merci d'avoir raconté votre parcours et de m'avoir fait connaître le Glossaire acadien. Je vous souhaite une bonne fin d'études et une belle 2e carrière passionnante dans le domaine langagier.

Bonjour Mélanie,

Merci pour cette très belle rétroaction! J’ai aussi beaucoup aimé notre conversation et j’ai apprécié votre passion pour les mots.

Merci de m’avoir donné la chance de vivre cette belle expérience!

Courage, Sandy! Je suis d'avis que la traduction est passionnante. Moi, j'ai commencé en traduction à l'âge de 64 ans et j'ai obtenu mon baccalauréat dans ce domaine l'année passée, à l'Université de Hearst. Comme toi, j'ai étudié jusqu'aux petites heures du matin, même les fins de semaine. Mais, j'ai appris beaucoup et j'ai trouvé les jeunes universitaires, ainsi que les employés qui m'ont parfois donné un coup de main, très généreux.

Je suis franco-ontarienne de Sudbury et mon époux est acadien d'origine. Certains Acadiens sont gênés par leur parler, mais je leur dis que leur langue est belle. N'est-ce pas poétique de se faire dire : « Je t'espère au coin de la rue après le travail »? En d'autres mots, attendre avec anticipation, avec impatience, avec espoir... voyons donc, « j'espère ta présence »! En fait, le sens d'attendre pour le verbe espérer remonterait loin dans l'histoire du français et voilà que l'Acadie a su bien le garder!

Aussi, le lexique reflète des époques comme des différences générationnelles : des mots changent de mode. Lors d'une visite à Moncton il y a plus de 40 ans, ma mère et moi demandions les directives pour nous rendre à telle place. Une dame nous répondit avec un accent non familier : « Sur le faîte de la butte. » Ne comprenant pas, je l'ai fait répéter. Sentant un malaise, ma mère me fit signe qu'elle avait compris. Selon les habitudes langagières d'une jeune Franco-Ontarienne, j'aurais mieux compris : « Sur le haut de la côte ». De plus, je sais maintenant que le mot « côte » est d'origine marine et donc, il possède à juste titre le sens de « bord de la mer », ce qui aurait été incorrect puisque la mer n'était pas à la vue à ce moment-là. Ce vocabulaire régional, différent de celui utilisé en Ontario français, démontre l'importance de s'adapter à la langue et à la réalité d'une région.

Ainsi, comme tu le dis, traduire c'est communiquer un message.

Bonne chance dans tes projets d'étude.

Merci Nicole pour ce merveilleux partage. Je suis d’accord que la langue acadienne est très belle et qu’elle mérite une meilleure reconnaissance.

Mitan est connu en français standard.
On l'entend dans une vieille chanson française (Sur le pont de Nantes) : « Dans le mitan du lit, dans le mitan du lit la rivière est si large lon la, la rivière est si large.
Tous les chevaux du roi, tous les chevaux du roi pourraient y boire ensemble »

Date de modification :