Toponymes et énigmes à résoudre : le cas de la rivière Lairet

Sur cette page

Publié le 
3 février 2020

Les langues recèlent des trésors en lien avec le passé qui nous incitent à en suivre les traces afin d’aboutir à une meilleure compréhension de cet héritage. À cet égard, le français ne fait pas exception. Il arrive parfois que ces joyaux, une fois mis au jour, s’offrent aux lecteurs curieux sous la forme d’énigmes. Certains toponymes rescapés de la poussière des années qui a failli les ensevelir à jamais ne peuvent manquer de susciter la curiosité, voire l’étonnement. Au fil de mes lectures, je suis tombé sur l’histoire curieuse du nom d’une rivière de Québec, racontée par Janouk Murdock dans la revue d’histoire Québecensianote 1. Je vous la résume ici.

On comprendra d’emblée le scepticisme de ceux et celles qui, lisant que Jacques Cartier a passé l’hiver 1535-1536 aux abords de la rivière Lairet, à Québec, découvrent qu’il ne s’agit pas de la rivière Saint-Charles. La question surgit, inévitable : où se trouve cette rivière Lairet?

La Commission de toponymie du Québec nous apprend que ce toponyme apparait en 1626. S’il y a un groupe de mots dans une langue dont la prononciation et l’orthographe sont fluctuantes, quand ce n’est pas la dénomination tout entière, c’est bien celui des noms propres. À plus forte raison lorsqu’il s’agit de noms de lieux.

D’après la Commission, outre « Rivière Lairet », on trouve, écrit en 1637, « Rivière de Lairet » et, plus tard sur un plan de Jean-Baptiste Larue datant de 1821, « rivière à la Rez ». Ce cours d’eau, que certains ont désigné sous le nom de « rivière de Jacques-Cartier » – en témoigne le Journal des Jésuites pour l’année 1651 – se verra rétrogradé par la suite au rang de ruisseau. La rivière Lairet a-t-elle vu son débit diminuer au cours des siècles? Toujours est-il que selon la version de 1914 du Dictionnaire des rivières et lacs de la province de Québec, cet élément hydrographique devrait plutôt être considéré comme un ruisseau compte tenu de son débit.

Reste que, de nos jours, le paysage topographique de la ville de Québec ne laisse pas entrevoir de traces attestant d’un ruissellement passé aux abords de la vieille capitale. S’est-il agi d’une erreur de localisation ou d’une volonté ancienne de désorienter tout ennemi potentiel? Il s’avère que la rivière Lairet a bel et bien existé. Son parcours l’amenait à serpenter de la limite sud de Charlesbourg jusqu’aux eaux de la Saint-Charles. De dimension trop réduite pour jouer un rôle dans la navigation, son lit a été comblé en grande partie en 1957 pour se retrouver complètement et définitivement sous terre à partir de 1969.

Comme bien des toponymes, son origine reste inconnue. Certains ont avancé que la rivière tire son nom de celui des filets autrefois tendus dans ses eaux pour capturer les poissons et qui portaient le nom de « rets ». Cet usage du mot « rets » est attesté également dans le Dictionnaire nord-américain de la langue française de Louis-Alexandre Bélisle. Le Grand Robert en fait mention comme d’un « ouvrage en réseau pour capturer du gibier, des poissons ». Comme tant d’autres, le mot aurait été orthographié de nombreuses façons. On en trouve la trace dans le Dictionnaire historique de la langue française, qui précise que l’orthographe « rez » se rencontrait au début du 13e siècle. De façon générale, l’expression « les rets » aurait désigné une rivière où se pratiquait la pêche au filet.

Et vous, connaissez-vous des histoires comme celle-là? Y a-t-il des mystères semblables que vous aimeriez voir éclaircis?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Steeves Gourgues

Steeves Gourgues est titulaire d’un baccalauréat en linguistique et littérature et membre depuis une trentaine d'années de la Société historique de Québec. Sa passion pour la lecture s’est accompagnée depuis quelques années d'une passion pour l’écriture qu’il peut assouvir dans le domaine encyclopédique. Depuis plus de quatre ans, Steeves contribue à enrichir la plus lue des encyclopédies qu’est Wikipédia, rédigée dans quelque 300 langues. C’est notamment et surtout par le biais de la création d’articles, autant par la traduction qu'à travers la rédaction sur des sujets n’ayant pas encore été abordés dans les diverses autres versions linguistiques, qu’il œuvre, à titre de bénévole, à la réalisation de ce patrimoine culturel de l’humanité.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Par souci d'exactitude, il faut mentionner que s'il est vrai que la rivière Lairet a été complètement canalisée à la fin des années 1960, des travaux pour revitaliser le secteur ont été réalisés en 2008 et ont fait réapparaître une partie de ce cours d'eau sur environ 300 mètres. Cette section se trouve dans le parc Cartier-Brébeuf.

Cf. http://www.toponymie.gouv.qc.ca/ct/ToposWeb/fiche.aspx?no_seq=33640

En 1988, cette rivière a donné son nom à l'un des 35 quartiers de la ville de Québec, qui se trouve dans l'arrondissement La Cité–Limoilou. En 1991, la Ville de Québec a nommé une partie ce lieu revitalisé « parc Lairet ».

Cf. https://www.ville.quebec.qc.ca/citoyens/patrimoine/toponymie/fiche.aspx?...

Super intéressant ! Je n'aurais jamais pensé aussi loin à la langue française... :)

Date de modification :