La langue crie démystifiée pour les réviseurs français et anglais

Sur cette page

Publié le : 
5 août 2019

La présence de plus en plus grande des langues autochtones dans la vie de tous les jours est certes très positive pour le multiculturalisme canadien. Par contre, pour les réviseurs de textes rédigés en anglais et en français, se retrouver face à des mots en langue crie peut constituer un véritable casse-tête.

En anglais comme en français, des guides stylistiques comme The Chicago Manual et Le Ramat de la typographie offrent des solutions pour presque tous les problèmes déjà rencontrés dans la langue écrite. L’Oxford English Dictionary et le dictionnaire Larousse se fondent sur des siècles d’étude spécialisée de la lexicographie. Pour la langue crie, pas de guide stylistique ni de dictionnaire pour couvrir toutes les variantes de la langue. Les prochains paragraphes vous aideront à comprendre pourquoi.

Fait : Le terme « cri » désigne à la fois une langue et une famille linguistique

On emploie souvent le terme « dialecte » pour désigner les différentes formes de la langue crie; du moins, c’est ce que font la majorité de ceux qui parlent cri, anglais ou français. Cependant, les linguistes s’entendent pour dire que ces dialectes sont en fait des langues différentes. Les langues de cette famille sont aussi près les unes des autres que peuvent l’être l’anglais et le néerlandais ou encore le français et l’italien. Dans la vaste zone géographique contenue entre les Rocheuses et le Labrador, la ligne de partage la plus définie suit à peu près la frontière provinciale entre l’Ontario et le Québec.

On trouve sur le site Wikimedia Commons la carte actuelle (en anglais seulement) la plus exacte qui soit pour présenter la répartition géographique des différentes langues cries. De l’Ontario jusqu’aux Rocheuses, la carte montre les quatre principales subdivisions de la langue crie : le cri des plaines, le cri des marais (appelé « moskégon » dans certaines communautés), le cri des bois (aussi appelé le cri des rochers) et le cri de Moose. Selon certains locuteurs, le cri des plaines se subdivise encore entre les variantes du Sud et du Nord. Le nom le plus commun que les locuteurs de l’Ouest utilisent pour désigner leur langue est simplement le « cri ».

Au Québec et au Labrador, les subdivisions comprennent l’innu-aimun (le nom que l’on donne aujourd’hui aux langues montagnaise et naskapi), l’atikamekw ainsi que des variantes du Nord et du Sud du cri de la baie James (aussi appelé le cri de l’Est). Comme c’est le cas dans l’Ouest, de nombreux locuteurs de l’Est désignent leur langue comme étant simplement le « cri ».

La première responsabilité du réviseur est donc de déterminer devant quelle langue de la famille linguistique crie il se trouve. Si, à première vue, il semble difficile de s’y retrouver, il faut se rappeler que ces noms ont été attribués par de tierces personnes, et non par des locuteurs du cri – et que le français a fini par les transmettre à l’anglais. Cela rappelle un peu Christophe Colomb qui appelait les peuples indigènes d’Amérique du Nord les « Indiens ».

Fait : Il existe des dictionnaires contemporains fiables pour un grand nombre de langues cries

Souvent, les idées fausses entraînent une attitude de laisser-faire par rapport aux langues autochtones écrites. La plus répandue? « Ces langues n’ont pas vraiment de forme écrite, on n’a qu’à les écrire comme elles se prononcent. » Avant l’invention de l’imprimerie et l’apparition de dictionnaires fiables, l’anglais et le français se trouvaient dans la même situation. Comme bon nombre de langues de la famille crie sont en péril, on ne peut s’offrir le luxe d’une lente évolution des normes d’écriture. Les réviseurs qui tombent sur des mots et des expressions cris dans des textes anglais ou français ont une chance unique de contribuer à promouvoir l’établissement de normes d’écriture du cri. Pour ce faire, ils peuvent consulter des sources facilement accessibles, dont les suivantes :

  • Source sur les langues cries parlées des Prairies à l’ouest de la baie James :
  • Sources sur les langues cries parlées au Québec et au Labrador :

Parlez-vous ou écrivez-vous le cri? Auriez-vous des ressources à recommander aux apprenants ou aux réviseurs?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Arden Ogg et Dorothy Thunder

Originaire de Winnipeg, Arden Ogg est linguiste et réviseure. Elle a fondé le Cree Literacy Network en 2010 pour encourager l’emploi de l’orthographe normalisée du cri, qu’elle juge essentielle à la revitalisation de la langue crie. Enfant, elle s’amusait à lire des dictionnaires. Dès le premier contact, elle s’est passionnée pour la langue et la culture cries.

Dorothy Thunder a le cri des plaines pour langue maternelle. Elle fait partie de la Première Nation de Little Pine, établie en Saskatchewan. Elle enseigne le cri des plaines à l’Université de l’Alberta (Edmonton) depuis plus de 15 ans. Dorothy aime intégrer des éléments essentiels de la culture crie dans tous ses cours.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Très intéressant. Merci pour cet article ainsi que pour les sources consultables en ligne. Ce serait bien d'en apprendre davantage sur les langues anishinabeg ainsi que le mitchiff (au cas où vous cherchez des sujets pour de futurs articles).

Date de modification :