Téléfun : étude de cas d’un programme de jumelage linguistique décontracté

Sur cette page

Date de publication : 
12 mars 2018
Rédigé par : Mélanie Rivet
, Laboratoire d’innovation de Parcs Canada

À l’hiver 2017, le Laboratoire d’innovation de Parcs Canada a lancé Téléfun, un projet de jumelage linguistique.

Le concept vous semblera sans doute simple. Pourtant, le chemin parcouru pour arriver au lancement officiel du programme en septembre 2017 était rempli de défis.

Nous partageons avec vous les 3 leçons que nous avons apprises.

1. Mettre sur pied un tel projet demande du temps

L’idée même de Téléfun a été proposée par des employés qui souhaitaient parler sans gêne en utilisant leur langue seconde, pour le simple plaisir, sans être évalué ni jugé. Ce qu’ils voulaient, c’était de trouver un compagnon pour s’exercer dans leur langue seconde selon une approche amicale et sans pression.

Le Laboratoire d’innovation a donc imaginé un projet pilote qui répondrait aux critères suivants :

  • approche amusante et sans pression;
  • ressources en ligne à consulter au besoin;
  • minimum de coordination nécessaire.

C’est ainsi que la première mouture de Téléfun a été conçue. Elle permettait de s’inscrire dans l’intranet de Parcs Canada pour entrer en contact avec un compagnon. Imaginez notre heureuse surprise lorsqu’une soixantaine de participants se sont inscrits dès le début du projet pilote!

Les commentaires reçus après les 6 premières semaines nous ont montré que le programme ne répondait pas tout à fait aux besoins. Nous avons donc continué nos recherches afin qu’il y réponde mieux.

2. Les attentes et les besoins varient

L’analyse de la rétroaction nous a d’abord laissées perplexes. Tous ne semblaient pas s’entendre sur ce que le programme devait offrir. Plusieurs auraient préféré être jumelés automatiquement, mais d’autres étaient reconnaissants d’avoir pu choisir leur compagnon selon leurs intérêts.

Le programme devait répondre à des besoins divers. Nous nous sommes donc plongées dans une étude de la clientèle. Les commentaires reçus nous ont permis de cerner 4 types de participants potentiels :

Ourson

  • Cherche un partenaire qui l’aidera à s’améliorer.
  • Aimerait être accompagné dans le jumelage et les premiers contacts.

Castor

  • Souhaite échanger sur des sujets utiles à son travail.
  • Défi : trouver un moment pour discuter.

Caribou

  • Aimerait aider quelqu’un à s’exercer dans sa langue seconde, quitte à moins s’exercer dans la sienne.
  • Souhaite faire des rencontres, échanger et apprendre.

Écureuil

  • Souhaite être aidé à court terme pour un besoin précis (réunion importante ou examen).

Cette analyse a été le facteur décisif pour revoir le programme. Depuis septembre 2017, le programme Téléfun amélioré comprend plusieurs options :

  • jumelage par un coordonnateur;
  • participation à un groupe de discussion spontané (outil de clavardage);
  • autojumelage.

3. Le premier contact est un obstacle majeur

Parfois, un nouveau programme nous emballe, mais un petit quelque chose nous empêche de plonger. Sur la soixantaine d’inscrits, seulement une vingtaine a été active. Plusieurs nous ont confié être timides de s’adresser à un compagnon. Puisque Téléfun vise à donner aux participants une plus grande aisance, nous avons décidé de les aider à surmonter cet obstacle.

Nous avons donc développé des messages d’introduction envoyés dès le jumelage, en plus des approches et des sujets de conversation proposés dans la boîte à outils.

Conclusion

La nouvelle approche a réglé les problèmes soulevés :

  • plateforme de jumelage facile, selon les champs d’intérêt, permettant un autojumelage ou un jumelage par un coordonnateur;
  • groupe de discussion spontané pour les gens pressés.

Ce programme exclusif à Parcs Canada pourrait profiter à chacun de vous, comme client. En effet, comme le personnel de l’Agence sera plus à l’aise dans sa langue seconde, il pourra vous informer plus facilement dans la langue officielle de votre choix.

Avez-vous un programme de jumelage linguistique au travail? Quels sont les défis que vous avez rencontrés? Si vous n’en avez pas encore, quels sont les obstacles à la mise sur pied d’un tel programme dans votre environnement?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

categories-bullets

À propos de l'auteur

Mélanie Rivet

Mélanie Rivet est langagière, auteure, pédagogue et éditrice. Elle a géré le projet Linguistech au Centre de recherche en technologies langagières (CRTL, maintenant Cilex) et elle s'est jointe à l'équipe du Laboratoire d'innovation de Parcs Canada afin de mettre en place 2 projets langagiers, le programme de jumelage linguistique Téléfun et le Lexique bilingue de Parcs Canada. Elle utilise abondamment les ressources langagières en ligne comme le Portail linguistique depuis ses premiers pas professionnels dans ce domaine et elle y a déjà rédigé des articles à titre de collaboratrice dans le cadre de son emploi au CRTL.

Ajouter un commentaire

Participez à la discussion et faites-nous part de vos commentaires!

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Date de modification :