Apprendre, vivre et rire en français

Sur cette page

Publié le 
29 novembre 2021

En tant que formatrice en français langue seconde auprès des adultes, j’ai toujours eu à cœur d’intégrer une composante ludique à mes cours. Si apprendre une langue à l’âge adulte requiert une bonne dose de courage et de persévérance, le plus gros ennemi de l’apprentissage d’une langue étrangère ou seconde reste l’inhibition. Le jeu, même pour un public adulte, présente de nombreux avantages dans l’acquisition des savoirs. Il permet de diminuer la crainte de l’erreur ou de l’échec, de varier le support d’apprentissage et d’encourager la collaboration et la participation des plus timides. La cerise sur le gâteau : il favorise la bonne humeur.

Après avoir exploré toute la potentialité des jeux de rôle, je me suis tournée vers les jeux de société dont les règles, une fois adaptées, servent amplement mes objectifs d’apprentissage. Ainsi, un célèbre jeu de déduction permet à mes apprenants de travailler les éléments de la description physique, les jeux de dés imagés les amènent à construire un récit à partir des images révélées, un jeu d’enquête les invite à formuler les questions correctement, etc. Glanés dans des librairies indépendantes et les boutiques d’articles de seconde main, ces jeux de cartes, de questions, de lettres, de mémoire, de connaissance, sont devenus prétexte à l’apprentissage par le fou rire. Le succès est garanti.

Et puis la pandémie est arrivée.

Nous nous sommes tous réinventés. L’apprentissage se fait désormais en ligne. Mes jeux aussi. Nous avons appris à vivre différemment, à travailler avec nos enfants autour de nous. De l’application de mesures sanitaires au confinement, notre univers s’est soudainement rétréci.

Ma fille, comme de nombreux enfants, s’est retrouvée sans activités parascolaires. Finis la natation, les cours d’art, les musées, les sorties au centre d’amusement. J’ai alors réalisé que, comme nous vivons en contexte minoritaire, la composante ludique de la vie de mon enfant se déroulait jusque-là en anglais. Sa vie éducative (école, parents) était pour ainsi dire en français et sa vie récréative dans la langue de Shakespeare. Pour ma fille, le français était la langue du « il faut que + subjonctif », jamais celle du « et si + imparfait ». Cette révélation fut un électrochoc. Il était urgent de réintroduire des distractions en français.

Je me suis donc tout naturellement tournée vers mon précieux stock de jeux de société qui ont fait leur apparition dans notre vie familiale. Ces moments de loisir ont bien sûr renforcé nos liens et contribué au développement de notre enfant, mais ils ont surtout apporté une dose quotidienne de plaisir en français. J’ai fait de nouvelles acquisitions adaptées à ses intérêts et à son âge, et découvert des trésors québécois. La pédagogue en moi n’a pas pu s’empêcher de faire l’acquisition de jeux sur les conjugaisons et les synonymes (si, si, ça existe!) pour complémenter ses connaissances scolaires. Naturellement, ces moments nous ont également amenés à nous déconnecter un peu des écrans et des réseaux sociaux. Ils ont apporté du rire et diminué le stress lié à la pandémie tout en servant un objectif encore plus noble : créer de beaux souvenirs… en français!

Et vous? Comment créez-vous des moments de bonheur en français?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Laetitia Walbert

Laetitia Walbert

Motivée par son amour pour la langue française, Laetitia Walbert est à la fois formatrice en français langue seconde, traductrice agréée et coordonnatrice des services en français pour le gouvernement de l’Ontario. Titulaire d’une maîtrise en traduction et d’une maîtrise en enseignement du français langue seconde, elle possède plus de quinze ans d’expérience en tant que formatrice, conceptrice de formations, traductrice et réviseure.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Je crois que c'est vrai, les enfants qui vivent dans des environnements ou une langue est beaucoup plus utilisée, lorsqu'ils jouent ou participent a leurs cercles sociaux, ils parlent cette langue, même si leur parents utilisent une langue différente a la maison. Mes enfants, qui sont maintenant adultes et peuvent parler trois langues, utilisaient l'anglais avec leurs amis alors que nous parlions une langue différente a la maison et tous les deux étaient dans des l'écoles immergees en francais.

Vous illustrez parfaitement le principe des langues vivantes, George! Elles se renforcent au merveilleux contact des autres. Bravo d'avoir donné le cadeau du trilinguisme à vos enfants!

Date de modification :