Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique permet de faire une recherche par mots clés ou par thème pour trouver rapidement réponse à des questions sur la langue ou la rédaction en français et en anglais. Pour en apprendre davantage sur cet outil de recherche, consultez la section À propos du Navigateur linguistique.

Première visite? Découvrez comment faire une recherche dans le Navigateur linguistique.

Rechercher par mots clés

Champs de recherche

Rechercher par thème

Faites une recherche par thème pour accéder rapidement à toutes les ressources linguistiques du Portail associées à un thème en particulier.

À propos du Navigateur linguistique

Le Navigateur linguistique cherche simultanément dans tous les outils d’aide à la rédaction, jeux et billets de blogue du Portail linguistique du Canada. Il vous donne accès à tout ce dont vous avez besoin pour bien écrire en français et en anglais : articles sur des difficultés de langue, recommandations linguistiques, tableaux de conjugaison, suggestions de traductions et bien plus.

Pour trouver la traduction d’un terme ou la réponse à vos questions d’ordre terminologique dans un domaine spécialisé, consultez TERMIUM Plus®.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Résultats 1 à 10 de 11 (page 1 de 2)

tiret (fonctions)

Article portant sur les différentes fonctions du tiret et fournissant des précisions liées à son usage.
Sur cette page Longueurs de tiret et recommandation Fonctions Traitement de texte Renseignements complémentaires Simple ou double, le tiret a principalement pour rôle de créer un effet d’insistance et de signaler un changement de niveau dans le discours. Comme il détache les éléments de la phrase plus nettement que ne le fait la virgule, le tiret contribue à la clarté de l’expression et facilite ainsi la tâche au lecteur. Il faut se garder d’abuser du tiret sous peine de lui faire perdre de son efficacité et de sa puissance expressive. Longueurs de tiret et recommandation Il ne faut pas confondre le trait d’union (-) et le tiret (–). Ces deux signes sont différents et n’ont pas les mêmes fonctions. Il faut donc éviter d’employer l’un à la place de l’autre. Bien qu’il existe en réalité trois longueurs de tiret, on n’en utilise que deux en français : le tiret qu’on appellera « court » ou tiret demi-cadratin (–), qui se nomme en dash en anglais, et le tiret long ou tiret cadratin (—) qu’on appelle em dash en anglais. Le trait d’union, pour sa part, est plus court que le tiret court. Dans la plupart des documents, on ne fait pas de distinction entre les deux longueurs de tiret et on emploie soit le court, soit le long, dans tous les cas. Dans les ouvrages soignés, le tiret court (demi-cadratin) est utilisé de part et d’autre d’une incise, devant les éléments des listes et des énumérations, et dans les toponymes surcomposés. Le tiret long (cadratin) est employé pour marquer le changement d’interlocuteur dans les dialogues et pour indiquer la nullité. Pour des questions de régularité du texte, nous recommandons l’emploi du tiret court (–) dans tous les cas. Mentionnons qu’en typographie, le signe mathématique « moins » se représente par un tiret court. Fonctions Les tirets, comme les parenthèses et la double virgule, servent à insérer des éléments qui pourraient être retranchés de la phrase sans que le sens de cette dernière s’en trouve radicalement altéré. Le tiret a de multiples fonctions. Il sert à : indiquer un changement d’interlocuteur dans les dialogues « Pouvez-vous venir? — Tout de suite, monsieur. » Victor s’adressant à son père : — Peut-on être puni pour quelque chose qu’on n’a pas fait, papa? — Mais non, voyons! Pourquoi? — Parce que je n’ai pas fait mes devoirs. (On voit souvent le tiret long dans ce cas.) séparer le nom de l’interlocuteur du texte de son intervention dans les comptes rendus de réunions Le tiret est alors le plus souvent précédé d’un point : Odile Bérubé. — Nous n’aurons pas les ressources nécessaires pour mener ce projet à terme. Simon Ladéroute. — Je ne vois qu’une solution : l’abandonner. (On voit souvent le tiret long dans ce cas.) isoler, créer un effet d’insistance et mettre en valeur ou en relief un mot ou une expression dans un énoncé Le tiret capte l’attention du lecteur. Il est le signe tout désigné pour souligner une opposition ou une conclusion inattendue, pour créer un effet de chute ou d’insistance. On l’utilise pour remplacer les virgules ou les parenthèses avant et après les incises : Je croyais que le grade donnait de l’autorité – il en ôte. (J. Vallès) L’avenir de l’homme antique devait être révélé. Celui du savant d’hier pouvait être prévu. Le nôtre est à construire – par l’invention et par le travail. (G. Berger) Il m’a demandé de traduire une expression – qui n’avait absolument aucun sens – juste avant mon départ. Après avoir vidé son sac – elle en avait gros sur le cœur! –, elle a remis sa démission. séparer les éléments d’une énumération verticale (appelés jalons énumératifs) J’aimerais recevoir au plus tôt les documents suivants : le procès-verbal de la séance de la semaine dernière les annexes II et III du rapport sur… les organigrammes des trois services intéressés Un bon rédacteur recherche : la clarté la simplicité la concision marquer la nullité dans les tableaux, les factures, les catalogues, etc. (au Canada) Le tiret est utilisé au Canada pour indiquer la nullité et équivaut à « aucun » ou zéro. Toutefois, dans le reste de la francophonie, il sert à marquer la répétition et non la nullité. Pour éviter la confusion dans un tableau comportant des colonnes de chiffres, il est préférable de remplacer le tiret par 0 (zéro) ou par les mots néant, rien, non déterminé ou n.d. Le danger d’équivoque disparaît quand le tiret concerne des mots :   Stylos bleus : 15 – noirs : 20 – rouges : –  Pour indiquer la répétition sans reproduire les données deux fois, on peut utiliser le mot idem ou employer les guillemets itératifs (») : Je suis en faveur du télétravail. »    »    »    »     des heures de travail flexibles. L’emploi des guillemets anglais (") est plus fréquent au Canada dans ce contexte. remplacer un mot vedette dans les index, les dictionnaires, les lexiques, etc. augmentation (verbes exprimant une –) Cette fonction est aussi parfois remplie par le tilde (~). Dans les lexiques et les dictionnaires, le tiret joue ce rôle autant dans l’usage canadien que dans l’usage français. subdiviser des titres de chapitres, après une lettre (A. –), un chiffre romain (III. –) ou arabe (2. –) Les tirets sont souvent, mais non obligatoirement, précédés d’un point : A. – La pauvreté en Amérique du Nord 1. – Dans les milieux urbains 2. – Dans les milieux ruraux II – Les relations patronales-syndicales A – Dans les années 60 B – Dans les années 80 On peut aussi, dans ce dernier cas, ne mettre que le point à la suite du chiffre ou de la lettre : – A. L’immigration 1. La composante économique 2. La composante sociale Voir aussi divisions et subdivisions d’un ouvrage. séparer les questions et les réponses d’une entrevue Q. – ………………… R. – ………………… séparer les éléments d’un sommaire Le sommaire est une sorte de table des matières placée au début d’un livre ou d’un chapitre. Le tiret est très souvent précédé d’un point : Chapitre II L’histoire des jardins Le mythe du paradis terrestre. – Le jardin dans les civilisations orientales. – Le jardin au Moyen Âge. – Les jardins de la Renaissance. joindre ou opposer deux éléments, par exemple deux mots, deux chiffres ou deux lettres On l’emploie pour : comparer des mots : eau – haut portefeuille – porte-monnaie séparer deux lettres sur la reliure d’un livre (signifie « jusqu’à ») : A – F séparer des heures dans un horaire (signifie « jusqu’à ») : 9 h 15 – 17 h 15 séparer des numéros de pages (signifie « jusqu’à »), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas : p. 1–12 séparer deux années (signifie « jusqu’à »), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas : 1994–1996 séparer deux noms de villes ou de pays (signifie « jusqu’à », « et », « contre », etc.), sans espace avant ni après. Certains conseillent plutôt le trait d’union dans ce cas. Il faut toutefois éviter la barre oblique : Montréal–Paris en avion la guerre Inde–Pakistan l’accord Canada–Norvège relations employeurs–employés Le tiret se rapproche parfois de la fonction de l’oblique (eau/haut, jour/nuit, alternance travail/loisirs). séparer deux éléments dont l’un comporte déjà un trait d’union, sans espace avant ni après. Le tiret peut séparer deux toponymes : la partie de hockey Trois-Rivières–La Tuque parcourir Sherbrooke–Saint-Jean-sur-Richelieu à vélo ou faire partie intégrante d’un toponyme surcomposé (appellation composée de deux toponymes) : la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean la région Mauricie–Bois-Francs la municipalité de L’Annonciation–Partie-Nord De plus, le trait d’union est de mise quand les deux éléments forment un mot composé : une manifestation anti-États-Unis introduire le nom de l’auteur après une citation Le mariage est comme le tiret en imprimerie : il sépare et relie. – Jean-Paul Richter Traitement de texte Du point de vue informatique, le tiret court s’obtient en tapant ALT + 0150 et le tiret long, en tapant ALT + 0151, selon les caractères du code Ansi. On peut aussi les trouver à partir du menu Insertion d’un traitement de texte, sous Caractères spéciaux ou Symboles. Renseignements complémentaires Voir tiret (signes de ponctuation et espace avec le tiret).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 16 440

adjectifs en -al (pluriel)

Article sur l’accord en genre et en nombre des adjectifs finissant par –al, plus précisément au masculin pluriel.
Sur cette page Masculin pluriel en -aux Adjectifs Masculin pluriel en –als (exceptions) Adjectifs Masculin pluriel en –als ou en –aux (usage flottant) Adjectifs Banal et tonal Masculin pluriel en -aux La plupart des adjectifs qui se terminent par –al ont un masculin pluriel en -aux : Adjectifs estival génial initial spécial etc. Masculin singulier : un cas spécial Masculin pluriel : des cas spéciaux Masculin pluriel en –als (exceptions) Les termes suivants, ainsi que leurs composés, ont un masculin pluriel en –als : Adjectifs bancal fatal foutral fractal natal (et ses composés comme périnatal, prénatal, etc.) naval tombal (rare au masculin) Pour les composés de natal, le pluriel en –aux est privilégié dans le domaine de la médecine : des examens prénataux. Masculin singulier : un combat naval Masculin pluriel : des combats navals Masculin pluriel en –als ou en –aux (usage flottant) Il y a des hésitations dans l’usage pour les termes suivants. Les finales en –als et en –aux au masculin pluriel sont toutes deux correctes. Adjectifs austral boréal causal choral (« qui a rapport aux chœurs »)  facial final glacial : pluriel en –als plus fréquent idéal marial (« relatif à la Vierge Marie ») nasal pascal tribal : pluriel en –aux plus fréquent Masculin singulier : un examen final Masculin pluriel : des examens finaux OU des examens finals Banal et tonal Banal : pluriel en –als au sens de « sans originalité » : des compliments banals. Pluriel en –aux très rare.  Pluriel en –aux comme terme de féodalité, au sens de « qui appartient au ban, circonscription du suzerain » : moulins banaux. Tonal : pluriel en –als. Les composés polytonal, atonal et bitonal ont un pluriel en –als ou en –aux. En musicologie, la finale en –aux est plus souvent utilisée.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 10 532

énumération horizontale ou verticale (majuscule et ponctuation)

Article sur l’emploi de la majuscule et sur la ponctuation à utiliser dans l’énumération horizontale et dans l’énumération verticale.
Sur cette page Énumération horizontale Énumération courte Énumération longue Énumération verticale Majuscule aux éléments des énumérations Renseignements complémentaires Il existe deux manières de présenter une énumération dans un texte : dans le corps du texte, à l’horizontale, ou dans une liste distincte, à la verticale. Énumération horizontale Énumération courte On met la minuscule à tous les termes de l’énumération courte présentée à l’horizontale, que ces éléments soient simplement unis par une virgule, ou séparés par un point-virgule et mis en valeur par un numéro ou une lettre d’ordre : La Société accorde de nombreux avantages : voiture de service, indexation de la retraite, remboursement des frais de déplacement. Prière de présenter : 1° sa carte d’identité; 2° sa carte d’assurance; 3° son permis de conduire. Le bon écrivain se méfie : a) de l’ampoulé; b) du pompeux; c) de l’ésotérique. Énumération longue En règle générale, il vaut mieux éviter les longues énumérations disposées à l’horizontale à l’intérieur d’une même phrase : Pour obtenir le remboursement des frais de déplacement, vous devez nous faire parvenir, au plus tard le dernier jour ouvrable du mois, une photocopie de la Demande de services, une photocopie de l’Autorisation de voyager, le talon du billet d’avion, de train ou d’autobus, la note d’hôtel, les reçus de taxis et de restaurants ainsi que toute autre preuve de dépenses supplémentaires effectuées au cours du voyage. Il est plutôt recommandé de présenter ces énumérations à la verticale, de manière à en bien détacher les éléments : Pour obtenir le remboursement des frais de déplacement, vous devez nous faire parvenir, au plus tard le dernier jour ouvrable du mois : une photocopie de la Demande de services; une photocopie de l’Autorisation de voyager; le talon du billet d’avion, de train ou d’autobus; la note d’hôtel; les reçus de taxis et de restaurants; toute autre preuve de dépenses supplémentaires effectuées au cours du voyage. Si on décide de garder une longue énumération horizontale, il est conseillé de numéroter chaque segment de l’énumération et d’employer la majuscule au premier mot de chacun de ces éléments : Les fonctions principales du directeur sont : 1° D’élaborer et de mettre en œuvre les politiques et les normes nationales en matière de gestion et de modernisation des installations; 2° D’assurer la gestion des biens immobiliers en ce qui concerne l’achat, l’aliénation et l’arpentage des propriétés; 3° D’administrer les politiques et les lignes directrices en vigueur. Énumération verticale L’énumération verticale est généralement annoncée par le deux-points. La présentation de ses éléments peut être renforcée par des lettres, des numéros ou d’autres jalons comme les puces (•) et les tirets (–). Règle générale, chacun des éléments commence par la minuscule et se termine par le point-virgule (sauf le dernier, qui prend le point final), quelles que soient sa longueur et sa ponctuation interne – autrement dit, même s’il contient déjà un point. Il est important de noter que la majuscule initiale est également très fréquente, peu importe la longueur des éléments, et que la ponctuation peut varier. Les éléments doivent être présentés de façon uniforme. Seules les énumérations d’éléments très courts peuvent admettre la virgule ou se passer de ponctuation. Les exemples qui suivent n’illustrent que certaines des combinaisons possibles : La Société accorde de nombreux avantages : voiture de service; indexation de la retraite; remboursement des frais de déplacement. Le bon écrivain se méfie : de l’ampoulé, du pompeux, de l’ésotérique. Un bon rédacteur recherche : – La clarté – La simplicité – La concision Cette règle définit notamment : 1° L’organisation du transfert et de la distribution des explosifs, des détonateurs et autres articles de mise à feu; 2° La conduite à tenir…; 3° Les précautions à prendre pour le forage des trous de mines, le chargement et l’amorçage. Le rédacteur peut se trouver dans l’une ou l’autre des situations suivantes : il ne connaît pas très bien le dossier de la personne à qui le ministre doit répondre. On lui a simplement communiqué les grandes lignes de l’affaire et le résumé de la décision; il est parfaitement au courant du dossier, mais on lui a demandé de rester vague sur certains points. Pour bien préparer son voyage, il faut : s’informer sur sa destination : – température, – sécurité, – coût de la vie, – fêtes et coutumes, – moyens de transport, etc.; penser plusieurs jours d’avance à ce qu’il faut absolument emporter, et surtout à ce dont on peut se passer; prévoir les situations difficiles; apprendre à dire au moins quelques mots dans la langue du pays. Majuscule aux éléments des énumérations Pour que, dans les énumérations de tous ordres, il soit facile de distinguer le nom propre du nom commun, il est conseillé de réserver la majuscule aux éléments qui l’exigent. Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements, voir les articles point-virgule et deux-points.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 8 636

signes de ponctuation et espaces

Article sur les espaces avant et après les signes de ponctuation.
Sur cette page Tableau des espaces avant et après les signes de ponctuation Espace après le signe Espace insécable Renseignements complémentaires Tableau des espaces avant et après les signes de ponctuation Liste des signes de ponctuation : nom du signe, espaces avant et après et exemples Nom du signe Signe Espace avant Espace après Exemples apostrophe ’ non non Il pleut aujourd’hui. Il s’est amusé. astérisque simple, double ou triple (placé après un mot) * (simple) ** (double) *** (triple) non oui Dans le texte : Les anglicismes* sont à éviter. […] Les faux amis** sont considérés comme des anglicismes sémantiques***. Dans les notes de bas de page : * Mots et expressions propres à l’anglais. ** Mot qui ressemble à un mot d’une autre langue, mais dont le sens diffère. *** Catégorie d’anglicisme qui touche le sens des mots. astérisque simple (placé devant un mot) * oui non Les mots *hasard et *hockey commencent par un h aspiré. astérisque triple (placé à un endroit où un nom ou un renseignement devrait apparaître pour signifier qu’on ne souhaite pas le dévoiler) *** oui oui Le détective *** vient de faire son entrée. astérisque triple (placé après la première lettre d’un nom qu’on ne souhaite pas dévoiler) *** non oui Monsieur S*** était le patient de l’accusé. barre oblique (comme signe de division, de séparation, d’opposition pour séparer deux mots, deux symboles ou deux éléments courts) / non non Rouler à 65 km/h Oui/Yes …/2 barre oblique (pour séparer du texte relativement long (dont au moins un des éléments contient plus d’un mot) ou des vers) / oui (insécable) oui (insécable) word processing / traitement de texte Ah! Comme la neige a neigé! / Ma vitre est un jardin de givre. crochet ouvrant [ oui non Elle [Madame Sansfaçon] communiquera avec vous. crochet fermant ] non oui Elle [Madame Sansfaçon] communiquera avec vous. deux-points : oui (insécable) oui Pour faire ce gâteau, vous devez avoir : du beurre, du sucre, de la farine. guillemet français ouvrant variante : chevrons ouvrants « oui oui (insécable) Elle s’est encore « trompée » d’adresse. guillemet français fermant variante : chevrons fermants » oui (insécable) oui Elle s’est encore « trompée » d’adresse. guillemet anglais ouvrant (pour encadrer un élément dans une phrase ou dans une citation déjà entre guillemets) “ oui non Louise lui a dit : « Tu devrais voir le pare-chocs de ma voiture : il est tout “magané”! » guillemet anglais fermant ” non oui Louise lui a dit : « Tu devrais voir le pare-chocs de ma voiture : il est tout “magané”! » parenthèse ouvrante ( oui non Pour ce voyage, j’aurai besoin de chaussures, de chandails, de pantalons, etc. (de vêtements chauds, quoi!). parenthèse fermante ) non oui Les réponses a), c) et e) sont incorrectes. point . non oui (une seule espace) L’hiver tire à sa fin. J’ai hâte au printemps! point d’exclamation ! non oui (une seule espace) Merci beaucoup! C’est très apprécié. points de suspension (pour marquer une hésitation, une phrase incomplète ou une énumération inachevée) … non oui Il m’a promis de venir… Je vais l’attendre encore quelques minutes. points de suspension (pour signifier qu’on ne souhaite pas dévoiler un nom ou un renseignement) … oui oui Je crois que … sera encore en retard. points de suspension (placés après la première lettre d’un nom qu’on ne souhaite pas dévoiler) … non oui Je crois que S… n’a pas payé ses dettes. points de suspension (placés entre crochets pour signaler une omission ou une interruption dans un texte) … non non C’était la meilleure solution […]. point-virgule ; non oui Ma sœur collectionne les chandelles; elle en a déjà une douzaine. point d’interrogation ? non oui (une seule espace) Viens-tu à la réunion? Elle commence dans 10 minutes. tiret (pour faire ressortir une explication ou un commentaire) – oui oui Ce mot – qui est un calque de l’anglais – est à éviter. tiret (en toponymie, pour joindre des noms contenant déjà des traits d’union) – non non Saguenay–Lac-Saint-Jean trait d’union - non non En êtes-vous certain? virgule (dans les phrases) , non oui Des pommes, des poires, des pêches. virgule (dans les nombres) variante : virgule décimale , non non Ce déjeuner a coûté 10,25 $. Espace après le signe Le tableau indique les espaces à mettre entre les signes de ponctuation et les mots. Lorsqu’un signe de ponctuation, quel qu’il soit (virgule, point, etc.), est collé à un mot, il forme un tout avec ce mot, et l’ensemble ainsi formé s’espace comme un mot ordinaire. Il en va de même des signes doubles, comme les crochets, les guillemets, les parenthèses et les tirets. Ainsi, dans les exemples suivants, il y a une espace après le signe et le mot, mais pas après le signe et un autre signe de ponctuation qui ne demande pas d’espace avant : Louise lui a dit : « Tu devrais voir le pare-chocs de ma voiture : il est tout “magané”! » « Je m’en vas faire ma grocery » [sic], dit-elle avant de claquer la porte. Espace insécable L’espace insécable s’utilise pour empêcher que soient séparés des éléments devant figurer sur la même ligne. Les logiciels de traitement de texte permettent de l’insérer au moyen d’une commande spéciale (Alt.+0160). Voir espace après le point. Voir aussi l’article L’espace insécable de Nicole Ouimet dans les Chroniques de langue. Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements au sujet de l’espacement après les symboles, voir symboles et espaces.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 8 500

fonctions de la ponctuation

Article portant sur les diverses fonctions de la ponctuation.
La ponctuation rythme la phrase, suggère les intonations, traduit les nuances de la pensée et facilite la lecture. Elle n’a cependant pas qu’une valeur mélodique : elle répond de fait autant à un besoin de logique qu’à un besoin de rythme. D’où la distinction qu’on fait entre ponctuation grammaticale et ponctuation expressive. La ponctuation grammaticale, marquée par le point, la virgule et le point‑virgule, a une valeur syntaxique : elle sépare les éléments du discours et indique les rapports logiques qui existent entre eux. La ponctuation expressive a une valeur stylistique : elle sert à évoquer des nuances affectives, à produire des effets de style. C’est le rôle que jouent notamment le point d’exclamation, le point d’interrogation et les points de suspension. Quant aux guillemets, aux parenthèses, aux crochets et au tiret, ce sont des signes d’insertion : leur rôle est de marquer un changement de niveau dans le discours.
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 7 552

tiret (signes de ponctuation et espace avec le tiret)

Article portant sur l’utilisation d’autres signes de ponctuation avec le tiret et l’espacement à respecter.
Voici quelques règles en ce qui concerne l’utilisation d’autres signes de ponctuation avec le tiret : Il faut éviter de mettre plus de deux tirets dans une phrase. Que le tiret soit simple ou double, on doit employer la ponctuation exigée par le sens de la phrase. Le passage figurant entre tirets doit contenir la ponctuation exigée par le sens de l’énoncé. Si le passage se termine par un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension, cette ponctuation doit être placée devant le second tiret : La lettre d’invitation – auriez-vous par hasard oublié de l’affranchir? – n’est jamais parvenue à destination. Lorsque les tirets n’ont d’autre fonction que de remplacer un signe de ponctuation, par exemple la double virgule ou les parenthèses pour isoler une pensée, une idée ou une remarque, ils ne sont accompagnés d’aucune ponctuation : Il ne m’est jamais arrivé – je le jure – de rater une recette. Il a demandé au procureur d’expliquer une expression – qui ne semblait avoir aucun sens – juste avant les délibérations. On peut utiliser les tirets (ou les crochets) pour éviter la répétition de parenthèses à l’intérieur d’une paire de parenthèses : Marguerite a transformé sa propriété en un immense jardin (elle y a aménagé un verger, un potager, un étang – elle adore les plantes aquatiques –, un carré d’herbes aromatiques, un pré de fleurs sauvages, etc.). Un passage entre tirets peut contenir un élément entre parenthèses : Ce jardin public, dont les multiples composantes sont un véritable ravissement pour l’œil – notamment le jardin de sous-bois (qui compte plusieurs espèces menacées) –, attire chaque année des milliers de visiteurs. Lorsque le passage entre tirets doit être suivi d’une virgule, le second tiret (ou tiret fermant) peut être suivi ou précédé d’une virgule, mais pas le premier tiret : Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine – tout est sens dessus dessous –, faites disparaître, de grâce, le résultat de vos expériences culinaires. Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine – tout est sens dessus dessous –, faites disparaître […] Dans de rares cas, il arrive que le tiret employé seul soit précédé d’une virgule pour marquer une pause et créer un effet d’expressivité : Je suis le ténébreux, – le veuf, – l’inconsolé. On omet le second tiret lorsqu’il coïncide avec la ponctuation finale de la phrase (point d’interrogation, d’exclamation et de suspension, point final, point abréviatif) : Je n’ai plus d’ambition – ni d’inspiration. Le second tiret disparaît devant les deux points et le point-virgule (à la différence de la parenthèse fermante) : Elle raffole de ces aliments exotiques – sans doute un peu à cause de leur nom : le nappa, le pé-tsaï, la tétragone, la crosne du Japon, etc. On peut placer le tiret après tout signe de ponctuation que l’on désire renforcer. Le tiret prolonge ainsi la pause indiquée par la virgule, le point-virgule, le point final, etc. : Elle lui a opposé une fin de non-recevoir, – mais il a continué d’insister. Il est prouvé que l’activité humaine contribue à la destruction de la couche d’ozone. – Et l’on refuse toujours de s’attaquer à ce grave problème. Il convient de noter que le besoin de coupler le tiret à un autre signe de ponctuation se fait rarement sentir dans la langue administrative, et que ce procédé peut facilement devenir redondant. Espace avant et après En français, il y a une espace avant et après le tiret : Il a demandé au procureur d’expliquer une expression – qui ne semblait avoir aucun sens – juste avant les délibérations. Cependant, on ne met pas d’espace entre le tiret et une virgule lorsque la virgule suit le tiret : Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine – tout est sens dessus dessous –, faites disparaître les traces de chocolat sur les murs. En anglais, il n’y a pas d’espaces de part et d’autre du tiret, qui est d’ailleurs plus long (il s’agit du tiret appelé cadratin). Renseignements complémentaires Voir tiret (fonctions).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 4 728

4 différences entre les règles d’écriture de l’anglais et du français

Billet de blogue en français présentant quelques différences entre les règles d’écriture de l’anglais et du français.Les règles d’écriture sont essentielles au discours. Une simple virgule, par exemple, peut changer le sens d’une phrase du tout au tout. Le choix entre une minuscule et une majuscule au début d’un mot peut transformer complètement le message. Quand on rédige un texte dans notre deuxième ou troisième langue, comment éviter ces impairs qui peuvent déformer nos propos? Aujourd’hui je vous présente quatre différences entre les règles de ponctuation et de typographie de l’anglais et du français – quatre différences qui peuvent tout changer! La virgule et l’énumération Devant le « et » qui précède le dernier élément d’une énumération, l’usage de la virgule diffère d’une langue à l’autre. En français, cet usage est peu fréquent. La virgule sert surtout à mettre l’accent sur le dernier élément de l’énumération. En anglais, cet usage est encore assez répandu, même s’il serait de moins en moins préconisé, selon certaines sources. La virgule peut servir à mettre l’accent sur le dernier élément de l’énumération. Elle peut aussi ne pas avoir de fonction particulière, comme dans l’exemple ci-dessous. Exemples d’utilisation ou non de la virgule avant le dernier élément de l’énumération, en anglais et en français Anglais Français They’re bringing bread,virgule cheese and a cake. Ils apportent du pain,virgule du fromage et un gâteau. They’re bringing bread,virgule cheese,virgule and a cake. Ils apportent du pain,virgule du fromage,virgule et un gâteau (l’accent est mis sur le gâteau). La virgule et les nombres Dans les nombres, la virgule s’utilise de façon complètement différente dans une langue et dans l’autre. En français, la virgule indique les décimales. En anglais, la virgule peut séparer les triades. C’est le point qui est utilisé pour indiquer les décimales. Exemple d’utilisation de la virgule dans les nombres, en anglais et en français Anglais Français 9,123,456.78Le nombre 9 millions 123 mille 456 et 78 s’écrit en anglais neuf virgule cent vingt-trois virgule quatre cent cinquante-six point soixante-dix-huit 9 123 456,78Le même nombre s’écrit en français neuf espace cent vingt-trois espace quatre cent cinquante-six virgule soixante-dix-huit C‘est donc dire que les éléments suivants ne correspondent pas aux mêmes nombres selon qu’ils sont considérés en français ou en anglais : 2,197Deux virgule cent quatre-vingt-dix-sept km (environ 2 km en français et 2 197Deux milles cent quatre-vints-dix-sept km en anglais) 56,687Cinquante-six virgule six cent quatre-vingt-sept dollars (environ 57 $ en français et 56 687Cinquante-six mille six cent quatre-vingt-sept $ en anglais) 9,264Neuf virgule deux cent soixante-quatre s (environ 9 secondes en français et 9 264Neuf mille deux cent soixante-quatre secondes en anglais) Quand je vous disais qu’une simple virgule pouvait tout changer! Le tiret Ah! le tiret. Si polyvalent en anglais… mais beaucoup moins en français. Pour faire simple, en français, le tiret est le plus souvent utilisé pour mettre un passage en valeur. Autrement, dans presque tous les autres cas, on y préférera un autre signe de ponctuation. Exemples d’utilisation du tiret, en anglais et en français Anglais Français I thought he would bring peanuts—tiret longbut no. Je pensais qu’il apporterait des arachides –tiret mais non. He is –tiret court as I recall –tiret court allergic. Il est –tiret si j’ai bonne mémoire –tiret allergique. I did not see her—tiret longI left before she arrived. Je ne l’ai pas vue :deux-points je suis partie avant qu’elle arrive. But then guess what –tiret court the sun came out! Mais alors devinez quoi…points de suspension il s’est mis à faire soleil! Je souhaite attirer l’attention sur le fait qu’en anglais, le tiret court avec espace de part et d’autre peut remplacer le tiret long sans espace. La majuscule Dans les noms propres ou les appellations officielles, l’anglais utilise beaucoup plus la majuscule que le français. Voici la règle (très brièvement résumée) : En français, il y a une majuscule au premier nom, et au besoin, à l’adjectif qui le précède. En anglais, il y a une majuscule à tous les mots (sauf à certains articles et à certaines prépositions et conjonctions). Exemples d’utilisation de la majuscule dans les noms propres, en anglais et en français Anglais Français Let’s celebrate National Child Day.majuscule à National, à Child et à Day Soulignons la Journée nationale de l’enfant.majuscule à Journée seulement I’m reading the book Friend of My Youth.majuscule à Friend, à My et à Youth Je lis le livre Amie de ma jeunesse.majuscule à Amie seulement The First World War is also known as the Great War.majuscule à First, à World et à War ainsi qu’à Great et à War La Première Guerre mondiale est surnommée la Grande Guerre.majuscule à Première et à Guerre ainsi qu’à Grande et à Guerre Pour illustrer l’importance de cette convention, je vous invite à comparer les deux phrases suivantes : Les Chantiers maritimes de Gaspémajuscule à Chantiers embauchent de nombreuses personnes (on parle d’une entreprise dont le nom est « Chantiers maritimes de Gaspé »). Les chantiers maritimes de Gaspéminuscule à chantiers embauchent de nombreuses personnes (on parle de l’ensemble des chantiers maritimes de Gaspé). Le site du Portail linguistique renferme toute une série de jeux sur la ponctuation et la typographie, et ce, dans les deux langues officielles : Jeux sur les règles d’écriture (s’ouvre dans un nouvel onglet). Par ailleurs, si vous vous intéressez aux distinctions de tous types à faire entre les deux langues, cet autre billet pourrait vous plaire : 3 différences stylistiques entre l’anglais et le français (s’ouvre dans un nouvel onglet). Je vous invite à présent à poursuivre la discussion dans les commentaires : Quelle autre différence liée aux règles d’écriture avez-vous remarquée entre votre langue maternelle et votre deuxième ou troisième langue? Sources Voir les sources consultées CANADA. BUREAU DE LA TRADUCTION. Clés de la rédaction (s’ouvre dans un nouvel onglet). CANADA. BUREAU DE LA TRADUCTION. Peck’s English Pointers (s’ouvre dans un nouvel onglet) (en anglais seulement). CANADA. BUREAU DE LA TRADUCTION. Writing Tips Plus (s’ouvre dans un nouvel onglet) (en anglais seulement). QUÉBEC. OFFICE QUÉBÉCOIS DE LA LANGUE FRANÇAISE. Vitrine linguistique (s’ouvre dans un nouvel onglet).
Source : Blogue Nos langues (billets de collaborateurs)
Nombre de consultations : 4 389

titres et sous-titres (ponctuation)

Article portant sur l’emploi de la ponctuation dans les titres et les sous-titres.
Point Point d’interrogation Point d’exclamation Deux-points Tiret Point Les titres d’œuvres (livres, pièces de théâtre, films, chansons), de journaux et d’écrits divers tels que des produits d’apprentissage, sont parfois suivis d’un sous-titre. Les titres et les sous-titres écrits au centre de la page, ou dans la marge, ne sont jamais suivis du point, même lorsqu’ils comportent un verbe conjugué : Comment établir un budget Le Droit Bonheur d’occasion On ne badine pas avec l’amour Point d’interrogation À la différence du point final, le point d’interrogation peut figurer dans les titres, où sa présence est parfois exigée par le sens même de l’énoncé : Aimez-vous Brahms? Qui a peur de Virginia Woolf? Italique Le point d’interrogation se met en italique s’il fait partie d’un titre que l’on cite et en caractères ordinaires s’il n’en fait pas partie : L’auteur de l’ouvrage Est-ce à, de, en, par, pour, sur ou avec? La préposition vue par un praticien est Maurice Rouleau. J’ai lu le livre Aimez-vous Brahms? de Françoise Sagan. Avez-vous lu La part de l’autre? Avec les autres signes de ponctuation Le point d’interrogation appartenant au titre l’emporte généralement sur la ponctuation de la phrase principale : Quelle belle adaptation de Paris brûle-t-il? (Le point d’exclamation qui terminerait normalement cette phrase a été supprimé.) Rendez‑vous sur le site Web du projet En français, avez‑vous le sens des mots? Toutefois, pour bien différencier la ponctuation de la phrase de celle du titre, il est aussi possible de conserver le point final : Rendez‑vous sur le site Web du projet En français, avez‑vous le sens des mots?. Dans une phrase interrogative, on ne rajoute pas de point d’interrogation quand le titre en comporte un : Avez-vous lu le livre Aimez-vous Brahms? Adverbes interrogatifs comment et pourquoi Les titres commençant par les adverbes interrogatifs comment et pourquoi ont parfois la valeur d’une interrogation indirecte qui serait pour ainsi dire privée de son support — comme si le mot voici était sous-entendu. Ces titres ne se terminent pas par un point d’interrogation : Comment attirer les oiseaux dans son jardin Pourquoi il ne faut jamais donner de conseils Point d’exclamation Tout comme le point d’interrogation, le point d’exclamation s’emploie correctement dans les titres, où sa présence peut être exigée par le sens même de l’énoncé : La guerre, yes sir! Bienvenue à Montebello! (article paru dans Le Point) Le point d’exclamation appartenant au titre peut l’emporter sur le point final de la phrase principale. Toutefois, pour bien différencier la ponctuation de la phrase de celle du titre, il est possible de conserver le point final : J’ai lu l’article du Point intitulé Bienvenue à Montebello! / J’ai lu l’article du Point intitulé Bienvenue à Montebello!. Une de mes émissions préférées est Bye-Bye Maison! / Une de mes émissions préférées est Bye-Bye Maison!. Le point d’exclamation appartenant au titre ne l’emporte cependant pas sur les autres signes de ponctuation, comme la virgule, le point d’interrogation ou les points de suspension. Dans ces cas, la ponctuation normale est conservée : Mon fils adore l’émission Boohbah!, mais ma fille la déteste. Avez-vous déjà écouté l’émission Bye-Bye Maison!?  Je ne sais que penser de cet article, L’astrologie et plus encore!… Deux-points Quand on cite un document qui comporte un sous-titre, on peut le séparer du titre par le deux‑points. En effet, comme le deux-points sert à introduire un sujet et qu’il permet d’établir un rapport logique entre les deux éléments qu’il sépare, son emploi est tout à fait justifié dans les titres complexes. Après le deux-points, on met généralement la minuscule au premier mot du sous‑titre : Le bon usage : grammaire française L’énergie du Nord : la force du Québec Le Califat : histoire politique de l’islam Toutefois, sur l’ouvrage lui-même, le sous-titre peut figurer sous le titre, sans être précédé du deux-points, et commencer par une majuscule : Le Califat Histoire politique de l’islam Tiret Lorsque le titre ou le sous-titre est immédiatement suivi du texte sur la même ligne, on peut l’en séparer par un point suivi d’un tiret : Formation du terrain. — Avant d’entreprendre l’étude de… On peut également, dans ce dernier cas, séparer le titre du texte par le deux-points ou par un tiret non précédé d’un point. Dans les subdivisions de textes, on peut aussi faire suivre les lettres majuscules ainsi que les chiffres romains et arabes d’un point, ou d’un point et d’un tiret : A. Les relations patronales-syndicales A. — Les relations patronales-syndicales V. La pauvreté dans les villes nord-américaines V. — La pauvreté dans les villes nord-américaines 1. Les problèmes économiques 1. — Les problèmes économiques
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 3 738

dialogues et conversations (guillemets et tiret)

Article sur l’utilisation des guillemets et du tiret dans les dialogues et les conversations.
Le dialogue est généralement annoncé par un guillemet ouvrant au début de la première réplique. Chaque changement d’interlocuteur est ensuite précédé d’un tiret. Le dialogue se termine par un guillemet fermant après la dernière réplique. Il est présenté avec ou sans alinéas. Souvent on se dispense des guillemets, pour ne signaler les interventions des interlocuteurs que par les seuls tirets. Les frères sont tous partis. « Je suis Monsieur Dubois. — Entrez donc, Monsieur Dubois. » (J. Ferron.) « Bottom, il fait beau ce matin. — C’est toi qui le dis. » (R. Ducharme.) Dans la voiture de Jim, je l’interroge : — Qu’est-ce? — Un accident. — Grave? — Oui. Je me demande s’il fait la bête ou s’il ne sait rien. (A. Langevin.) Quand une réplique est très longue, elle forme de préférence un seul paragraphe, sans alinéas. Si le dialogue contient une citation, on emploie les procédés qui s’appliquent aux citations doubles, par exemple : « Qu’est-ce qu’il a décidé? — Il va encore changer d’emploi. — Est-ce qu’il connaît le proverbe qui dit que “pierre qui roule n’amasse pas mousse”? » « Qu’est-ce qu’il a décidé? — Il va encore changer d’emploi. — Est-ce qu’il connaît le proverbe qui dit que pierre qui roule n’amasse pas mousse? » — Qu’est-ce qu’il a décidé? — Il va encore changer d’emploi. — Est-ce qu’il connaît le proverbe qui dit que « pierre qui roule n’amasse pas mousse »? Pour plus de détails à ce sujet, voir citation double. De courtes interventions du rédacteur, comme dit-elle, a déclaré le ministre, a-t-il répondu avec hésitation, restent à l’intérieur des guillemets, sauf si elles figurent à la fin du dialogue. Si les interventions sont plus longues, on ferme les guillemets, puis on les rouvre. Le rédacteur qui n’utilise pas les guillemets au début et à la fin d’un dialogue doit distinguer clairement les répliques des interlocuteurs et ses propres interventions. Dans un procès-verbal, dans un compte rendu de débat ou de conférence, dans la transcription d’une conversation, on se contente d’indiquer dans un caractère quelconque le nom de l’interlocuteur, sans utiliser de guillemets : Mme OUELLETTE : Je ne parle pas des dépenses. Je parle simplement du point de vue de l’environnement.M. TACHÉ : Monsieur le Président, je pense que… M. VENIZUELOS. — Monsieur le Président, je réclame… (Mouvements divers.) Je demande… UNE VOIX À GAUCHE. — Demandez toujours. On utilise une présentation semblable pour les entrevues ou les séries de questions et réponses : Q. — ………………..R. — ……………….. Il convient de remarquer qu’on emploie souvent le tiret long (cadratin) pour signaler le changement d’interlocuteur dans les dialogues, comme nous venons de le démontrer dans les exemples ci-dessus. Toutefois, le tiret court aurait tout aussi bien fait l’affaire. Pour plus de détails à ce sujet, voir tiret (fonctions). Passage rapporté textuellement Voir citations (règles générales). Renseignements complémentaires Pour plus de renseignements sur les citations, voir citations (règles générales). Voir aussi tiret (fonctions).
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 3 574

nota bene/nota

Article sur l'emploi des termes nota bene et nota.
Les termes nota (« remarquez, notez ») et nota bene (« remarquez bien, notez bien ») ont été empruntés au latin. Ils servent à attirer l’attention du lecteur sur un fait important. On les laisse en caractères ordinaires, car ces mots latins sont passés dans l’usage. Nota et nota bene peuvent être employés comme nom commun au sens de « note », « avertissement ». Ils sont invariables au pluriel : des nota bene des nota On abrège nota bene en N.B. ou N. B., avec ou sans espace après le point. On peut également employer remarque(s) et note(s). Ces mots sont d’ailleurs plus utilisés dans les ouvrages de langue. Deux-points et tirets Dans un texte, on fait généralement suivre du deux-points les mots nota, nota bene, N.B., remarque(s), note(s), etc. On peut les mettre en majuscules, en minuscules ou en gras pour les faire ressortir. Dans ce dernier cas, on met de préférence aussi le deux-points en gras : Nota : La base de données de la sécurité des vols ne comprend pas l’information demandée pour la période de 1963 à 1967. Remarque : … NOTES : … Si la remarque constitue une phrase complète, ce qui est généralement le cas, on la fait commencer par une majuscule; sinon, par la minuscule : Remarque : Ces chiffres ne comprennent pas les employés occasionnels ni les travailleurs saisonniers. Nota : d.m. = donnée manquante Le point suivi du tiret s’utilise également; on rencontre généralement cet usage dans les ouvrages : Nota. -  N. B. - 
Source : Clés de la rédaction (difficultés et règles de la langue française)
Nombre de consultations : 2 023