Contenu de la page principale

mise en relief (italique)

Sur cette page

La première fonction de l’italique est de faire ressortir des mots, d’attirer l’attention sur eux, de les distinguer du reste du texte.

D’une manière générale, on peut se servir de l’italique :

  • pour signaler un mot que l’on cite
  • pour attirer l’attention sur un mot ou un passage qu’on juge important
  • pour faire ressortir des expressions particulières ou étrangères (anglaises, latines, etc.)
  • pour marquer l’opposition entre des mots
  • pour rendre des particularités de l’oral
  • pour citer des phrases ou des paragraphes (citations)
  • pour citer des titres de documents et d’œuvres

Voici quelques exemples de phrases dans lesquelles l’italique sert à mettre en relief certains mots ou expressions :

  • Abricot et caramel viennent de l’espagnol.
  • C’est là que j’ai entendu parler pour la première fois d’ethnocide (M. Tournier).
  • Quant au bénéfice de l’obligation, il peut au contraire être invoqué par toutes les victimes, y compris les professionnels.
  • Votre identité demeurera confidentielle, à moins que vous n’autorisiez sa divulgation.
  • Les arbres se divisent en deux grands groupes : les conifères et les feuillus.
  • On voit la prose balzacienne; celle de Dickens, on l’entend (G. Marcotte).

Dans un texte écrit à la main, on peut souligner ce qui devrait être en italique.

Textes de nature linguistique

Cette fonction d’insistance de l’italique est très populaire, mais il faut y recourir modérément. L’italique n’est pas aussi lisible que le caractère ordinaire ou le gras, en particulier sur Internet. En abuser ne peut qu’en affaiblir l’efficacité.

Toutefois, dans les textes de nature linguistique ou dans un site Web portant sur la langue, dont le but est justement de traiter des mots et des expressions que possède une langue, il est utile de se servir de l’italique pour signaler les « mots dont on parle » (aussi appelés « mots se désignant eux-mêmes »), d’autant plus que l’on attribue souvent d’autres fonctions au gras et aux guillemets. Un texte criblé de guillemets ou de gras ne sera pas plus lisible qu’un texte contenant plusieurs mots en italique.

Dans un passage déjà en italique

En principe, ce qui s’écrit en italique dans un texte en caractères ordinaires s’écrit en caractères ordinaires dans un texte en italique :

  • c’est le romain qui assure alors le contraste

Dans un passage déjà en italique, on recourt parfois au gras italique pour faire ressortir des mots :

  • Vous devez remettre le formulaire dûment rempli le 17 juin au plus tard.

Gras au lieu de l’italique

Dans un certain nombre d’emplois, on utilise les guillemets ou le caractère gras au lieu de l’italique.

Le gras est souvent employé pour mettre un mot en relief. Il est entre autres utilisé pour faire ressortir des mots ou des passages importants ou pour faire ressortir les titres et les sous-titres d’un texte ou d’un ouvrage :

  • Nous ferons appel à leurs services de façon ponctuelle.
  • Remarque : Ce terme est considéré comme vieilli.

Renseignements complémentaires

Les autres fonctions et utilisations de l’italique sont décrites dans plusieurs articles distincts.

Voir mots se désignant eux-mêmes (italique et guillemets).
Voir aussi italique et gras aux signes de ponctuation.
Voir aussi noms propres (italique).
Voir aussi éléments extérieurs au texte (italique).
Voir aussi lettres de l’alphabet employées seules.
Voir aussi niveaux de langue.
Voir aussi mots étrangers (italique et guillemets).

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :