Traduction : faisons confiance aux professionnels

Sur cette page

Publié le : 
22 juillet 2019
Rédigé par : Alexandra Martin-Roche

Tout comme vous, je ne confierais pas les réparations de ma voiture à un ami qui aime bricoler, ou ma déclaration de revenus à quelqu’un qui est bon avec les chiffres. C’est la même chose en ce qui concerne la traduction : il est impératif de confier ses textes anglais à un traducteur professionnel.

J’habite à Toronto et les francophones ne sont pas si nombreux ici; les personnes parfaitement bilingues, encore moins. Cela entraîne donc des situations assez cocasses dans la vie de tous les jours, mais surtout au bureau.

La traduction automatisée : le pour et le contre

N’osant pas me déranger pour des traductions « simples », mes collègues anglophones se servent de plus en plus d’outils de traduction automatique pour trouver rapidement la traduction d’une phrase. Rien que d’entendre les mots « traduction automatique », je sens tout mon corps se crisper. Soyons bien clairs sur ce point : la traduction automatisée a ses avantages, mais ses limites sont nombreuses. Un mot mal interprété par un logiciel peut rendre une phrase complètement absurde. De toutes les bêtises que j’aie pu voir, ma préférée reste le bouton Home de la page principale d’un site Web qui a été traduit par le mot Domicile au lieu du mot Accueil! Vous imaginez bien que les yeux me sont sortis de la tête quand j’ai vu cette erreur apparaître sur le site Web!

Demander l’aide d’un francophone n’est pas forcément une bonne idée

Mon collègue, ma connaissance, mon voisin ou mon ami a peut-être le français comme langue maternelle, mais cela ne fait pas de lui un traducteur! En effet, savoir parler français est une chose, mais savoir l’écrire sans fautes en est une autre. Et nous savons tous que la langue française est pleine de subtilités, d’exceptions et de pièges qui en font un terrain miné pour tous ceux qui ne la maîtrisent pas bien! Les francophones bilingues ne sont pas nécessairement capables de traduire un texte ou n’ont pas nécessairement envie de le faire.

Pour traduire, il ne faut pas juste remplacer un mot par un autre

Tout le monde a déjà vu une mauvaise traduction. Et personne ne veut obtenir un service de mauvaise qualité, même si son coût est peu élevé. C’est pourquoi il importe de faire un choix éclairé et d’opter pour un traducteur expérimenté qui ne s’improvise pas spécialiste. Le Canada a la chance de compter d’excellentes associations de traducteurs comme l’Association des traducteurs et interprètes de l’Ontario ou l’Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec, parmi tant d’autres. Je vous recommande de faire appel à elles pour trouver un professionnel!

Ce que signifie « être un traducteur professionnel »

Qu’est-ce qu’un traducteur professionnel? Voici une petite liste pour vous éclairer, mais notez bien que les traducteurs n’ont pas à remplir toutes les conditions ci-dessous pour être d’excellents langagiers.

  • Il a fait des études en traduction ou a suivi une formation équivalente.
  • Il est membre d’une association de traducteurs professionnels.
  • Il traduit dans sa langue maternelle et a une orthographe, une grammaire et une syntaxe irréprochables.
  • C’est un expert qui traduit des textes portant sur des sujets et domaines qui lui sont familiers, que ce soit l’architecture, l’ingénierie ou les arts. Cela veut dire qu’il maîtrise un langage technique utilisant des mots bien spécifiques et non des termes approximatifs. Par exemple, on ne confierait pas la traduction d’états financiers à un traducteur littéraire.
  • Il choisit la terminologie adéquate grâce entre autres à TERMIUM Plus® et au Grand dictionnaire terminologique.
  • Il se sert de toute une panoplie d’outils d’aide à la rédaction. Mes préférés restent Le guide du rédacteur, le Rouleau des prépositions et le Dictionnaire des cooccurrences.
  • Il pose des questions sur le texte pour être sûr de bien le comprendre, et trouve même parfois des incohérences dans le document d’origine.

Et vous, qu’en dites-vous? Je me doute que vous avez déjà rencontré de mauvaises traductions… Alors, faites-moi part de belles perles dans les commentaires. J’ai bien hâte de vous lire!

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Alexandra Martin-Roche

Titulaire d’une maîtrise en traduction, Alexandra Martin-Roche est traductrice agréée de l’ATIO, membre de Réviseurs Canada et compte 18 ans d’expérience professionnelle tant en entreprise qu’à la pige. Elle est passionnée par les enjeux linguistiques et est toujours à l’affût de fautes qui pourraient se glisser dans les textes (que ce soit dans ses magazines préférés ou dans les menus des restaurants). Elle offre des services linguistiques en traduction de l’anglais vers le français, en révision, en correction d’épreuves et en révision comparative.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

L'une de mes perles favorites : « Fabriqué en Dinde » pour « Made in Turkey ». J'en pleure encore...

Un seul mot : AMEN!

Vous savez ce que c'est qu'un non-bâton enduit? Hé oui, un revêtement antiadhésif. C'est qu'on obtient avec une traduction automatique.

Excellent article et tout à fait correct! Traductrice professionnelle, je me reconnais exactement dans ce texte. Merci pour ce billet!

Vous résumez bien la situation et les enjeux! La lecture de votre texte aura sans doute quelque chose d'une catharsis pour bon nombre de traducteurs, dont moi. Merci de vous être livrée à cet exercice.

Quel article pertinent!

Made in China >> Fabriqué en porcelaine

Mon conjoint est un ventilateur de jazz.

MAYDAY (S.O.S) traduit par JOUR DE MAI!

Cuire les brochettes 2 procès-verbaux (minutes) de chaque côté.

Lead guardian = plomb gardien

La meilleure que j'aie vue : sur un menu bilingue, on trouvait des « Chicken Tenders » en anglais et des « Appels d'offre au poulet » en français. HAAAAA!

La meilleure traduction automatique que j'aie trouvée, c'était pour un article de cuisine dans un grand magasin : « egg poacher » qui a été traduit par « braconnier d'oeufs ».

J'éclate de rire en lisant les perles de la précieuse collection! Merci de me dilater la rate. Au plaisir.

Date de modification :