Un simple « bonjour » qui a tout changé

Sur cette page

Date de publication : 
22 janvier 2018
Rédigé par : Pascale Bourque

« Good morning Pascale! » « Good morning John! » Ça va de soi! Lorsque deux personnes ne parlant pas la même langue se rencontrent, n’est-il pas naturel, voire nécessaire, qu’elles utilisent une langue commune pour communiquer verbalement? Comment se comprendre autrement? Je ne m’étais jamais vraiment posé la question jusqu’à récemment.

Je travaille depuis longtemps dans un milieu essentiellement anglophone. Sans trop m’en rendre compte, j’avais pris l’habitude d’aborder les gens toujours en anglais. Puis, un beau matin, pour une raison qui m’échappe encore, j’ai fait un simple geste qui allait transformer mon milieu. Je me suis risquée à saluer mes collègues d’un beau « bonjour » bien français en entrant au bureau.

Ce premier « bonjour » a eu un effet-choc auquel je ne m’attendais pas du tout. J’ai constaté que plusieurs ont été surpris alors que j’ai répété ce « bonjour » à toutes les personnes que j’ai croisées dans le long corridor menant à mon bureau. On se salue le matin avec des formules entendues si souvent que personne n’écoute vraiment. Ce « bonjour » sonnait tout drôle : c’était différent, je crois. Plusieurs se sont arrêtés… ou presque… Puis ils ont poursuivi leur chemin sans rien dire ou en marmonnant quelque chose que je n’ai pas compris. J’ai vu des visages figés. Pas longtemps. Une fraction de seconde peut-être. Une lueur d’agacement dans le regard de certains. Une amorce de sourire chez d’autres. Personne n’a semblé indifférent.

Peu de temps avant, j’avais découvert par hasard qu’un collègue d’origine vietnamienne avait appris le français bien avant l’anglais. Nous avions passé des heures en réunion, parfois seul à seul, à discuter en anglais sans jamais nous douter que nous étions tous les deux francophones. Cet événement, et bien d’autres, aura sans doute inspiré mon « bonjour » français. J’ai ainsi découvert d’autres francophones bien cachés, parfois sous des noms anglophones ou prononcés à l’anglaise.

Au fil des jours et des semaines, certains de mes collègues anglophones ont commencé à me répondre « bonjour ». Oh, ils sont peu nombreux encore, mais leur nombre augmente et ils sont de plus en plus braves. Certains se risquent maintenant à utiliser avec moi quelques mots français qu’ils maîtrisent. « C’est chaud! » m’a dit quelqu’un alors que je sortais avec peine mon repas du micro-ondes. De surprise, j’ai failli échapper le plat brûlant! Nous avons ri tous les deux. Du pur bonheur! Nous échangeons maintenant de plus en plus de phrases en français. Je le soupçonne de préparer maintenant ses répliques. Qui s’en plaindrait?

En saluant mes collègues anglophones et allophones en français, je leur ai lancé une invitation. Une invitation à prendre le risque de dire un mot, un seul, en français. Sans gêne, sans conséquence. Lorsque le premier pas est franchi, la glace est brisée et la confiance s’installe de part et d’autre pour permettre un dialogue de plus en plus riche. Les barrières tombent. L’amitié prend place. La cohabitation devient non seulement possible, mais agréable, souhaitable.

Et vous, direz-vous « bonjour » demain?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont ceux des auteurs. Ces opinions ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

Catégories

À propos de l'auteur

Pascale Bourque

Pascale Bourque est une amoureuse de la langue française, de sa richesse, de sa subtilité et même de sa complexité. Professionnelle experte en performance humaine, elle ne se lasse pas de découvrir de nouveaux mots plus utiles, percutants, doux ou séduisants! Ses moindres communications sont ponctuées de jeux de mots que ses parents et amis, tant anglophones que francophones, se plaisent à apprivoiser. Elle n’aime rien tant que la répartie, car elle garde la langue bien vivante.

Ajouter un commentaire

Participez à la discussion et faites-nous part de vos commentaires!

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Javascript doit être activé pour que vous puissiez remplir ce formulaire.

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Il s’agit tout simplement de dire bonjour, au revoir, Ça va bien?, etc., pour qu’on s’adresse à nous en français, dans la plupart des cas. À chaque Canadien français d’être suffisamment fier de sa langue et de sa culture pour utiliser le français dans ses communications chaque fois que c’est possible! Les résultats seront étonnamment plaisants, la majorité du temps.

Je commence tous les courriels que j'écris à mes collègues anglophones qui travaillent au Canada, aux États-Unis et ailleurs dans le monde par Bonjour, avant de poursuivre en anglais, et le nombre de Merci, de Bonne journée et d'autres petits messages en français que je reçois en réponse à ce simple Bonjour est tout simplement étonnant.

Et pourquoi ne pas faire de même partout, au restaurant, au magasin...?

Date de modification :