La minorité francophone : Vivre en français en Colombie-Britannique, c’est possible

Sur cette page

Publié le : 
3 septembre 2019
Rédigé par : Jade Turcot-Plante
, Fédération des francophones de la Colombie-Britannique

La Colombie-Britannique est la quatrième communauté francophone en importance au Canada. Selon Statistique Canada, plus de 70 000 personnes y ont le français comme langue maternelle et plus de 300 000 y parlent le français en plus de l’anglais ou d’une autre langue.

Des structures sont mises en place afin d’assurer plusieurs services pour les francophones et francophiles qui résident dans la province ou qui pensent à s’y installer. Il est possible d’étudier, de travailler et de s’informer en français, en plus d’avoir accès à des services sociaux et à des soins de santé. De nombreux organismes travaillent très fort afin de rendre tout cela possible. C’est le cas de la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique qui est l’organisme porte-parole officiel de la communauté francophone de la province. Sa mission est de représenter les francophones de la Colombie-Britannique, et de promouvoir et défendre leurs droits et intérêts tout en préservant leur patrimoine linguistique et culturel et en encourageant l’avancement d’une francophonie accueillante et inclusive pour l’agrandissement de l’espace francophone et francophile.

Quelques données intéressantes sur la francophonie britanno-colombienne :

  • 1,4 % de la population a le français comme première langue officielle;
  • 7 % de la population peut parler le français et l’anglais;
  • Près de 6 000 élèves sont inscrit.es dans une école de langue française;
  • 53 206 élèves sont inscrit.es à un programme d’immersion en français;
  • Il y a 40 écoles de langue française;
  • 58 % des francophones vivent dans le Lower Mainland–Sud-ouest.

L’immigration, entre autres, enrichit de manière indéniable la communauté francophone en Colombie-Britannique. Des gens des quatre coins du monde apportent leurs couleurs à la communauté et à la langue. Il n’est pas rare de marcher dans la rue et d’entendre les échos de la langue de Molière. Que ce soit dans un magasin à grande surface, dans un bar, dans un café ou bien à l’épicerie du coin, vous êtes presque assuré de croiser quelqu’un avec qui vous avez comme point commun de parler le français.

Malgré tout, la réalité étant ce qu’elle est, les communautés francophones sont minoritaires en Colombie-Britannique. Cela signifie donc que la vie de tous les jours, pour la majorité des gens, se déroule dans la langue de la majorité : c’est-à-dire en anglais! Le français reste généralement à la maison. Parfois, on peut l’apporter à l’école, ou à des activités communautaires, mais le travail, la vie sociale et civique, l’information et la consommation, c’est en anglais que ça se passe.

Toutefois, parler une langue minoritaire dans un environnement majoritaire, c’est avant tout une expérience bilingue enrichissante. Cela donne lieu à des échanges variés et à de nombreux apprentissages spontanés, en plus de favoriser la création d’un sentiment d’appartenance à une communauté.

C’est pourquoi des organismes tels que la Fédération des francophones de la Colombie-Britannique sont créés et qu’on en trouve maintenant plus de 40 dans la province. Avoir un réseau de soutien et de service est important, bien que cela soit souvent sous-estimé, particulièrement en situation minoritaire. La communauté francophone de la Colombie-Britannique se mobilise afin d’offrir de nombreuses occasions à toutes et à tous de s’engager activement, que ce soit en participant aux activités proposées, en consultant les différentes sources d’information francophones et les différents services, ou bien en siégeant aux comités administratifs des organismes francophones.

La situation minoritaire des francophones en Colombie-Britannique n’est pas étrangère à la réalité de plusieurs communautés du Canada. L’identité vivante des Franco-Colombiennes et des Franco-Colombiens est transmise, maintenue, protégée et célébrée grâce aux nombreux bénévoles, partenariats, projets, initiatives, interactions, événements, et à une panoplie d’autres véhicules identitaires et culturels. Faire rayonner la francophonie, c’est pour tous!

Si vous avez des idées ou voulez partager ce que vous faites dans votre communauté pour promouvoir une des langues officielles en situation minoritaire, n’hésitez pas à laisser un commentaire!

Sources

Voir les sources consultées

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Jade Turcot-Plante

Jade est étudiante en traduction à l’Université Concordia à Montréal. Elle a auparavant étudié l’enseignement du français et fait des études internationales. Elle est passionnée par les langues et les cultures, et elle considère les langues comme des véhicules culturels riches et inépuisables. Dans ses temps libres, elle apprend différentes langues pour mieux comprendre la sienne et le monde qui l’entoure.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Date de modification :