Contenu de la page principale

De la France au Québec : mon intégration linguistique

Sur cette page

Date de publication : 
13 novembre 2018
Rédigé par : Julie Labille

Fraîchement débarquée au Québec depuis mon Paris natal, me voilà confrontée aux défis de l’immigration. Traductrice de formation et de métier, je parle le français (ma langue maternelle), l’anglais et l’italien.

À première vue, sur le plan linguistique, l’intégration ne devrait pas poser de problèmes. Or, la réalité est bien plus subtile pour qui s’intéresse à la communication interculturelle.

Prenons le seul cas des différences d’expressions entre le français québécois et le français de France (FF). Transposons ces expressions à une journée de travail type.

Tout d’abord, avant de décrocher un emploi, on passe des entrevues (entretiens en FF) dans une compagnie (entreprise). On me laisse savoir (on me tient informée) pour la suite…

Bonne nouvelle! Je suis embauchée. Je commence donc ma journée par un déjeuner (petit-déjeuner), je pars à la job (au travail), j’arrive, je dis « Bon matin! » (Bonjour!) à mes collègues. J’allume mon ordinateur et consulte mes courriels (e-mails) et j’y réponds en concluant non pas par un froid « Cordialement » mais par « Au plaisir », ce qui est, soit dit en passant, bien plus chaleureux. Le midi, je dîne (déjeune) avec mes collègues québécois, on niaise (on plaisante). Une heure pendant laquelle je me retrouve aussi en immersion totale dans le langage québécois avec lequel je me familiarise. Quand vient vendredi, nous nous souhaitons une bonne fin de semaine (un bon week-end). D’ailleurs, je n’aurais pas une fête (un anniversaire) à célébrer samedi?

Dans le fond, « c’est pas si pire », on s’adapte! On dit, à ce propos, que la culture française est une culture d’adaptation. C’est pourquoi on fait aussi attention à ses tics de langage dans sa langue d’origine. Le plus emblématique serait peut-être le « du coup » qui, dès qu’il est prononcé, nous ramène automatiquement à notre condition de Français. Ce « du coup » est si profondément ancré dans mon langage qu’il m’est encore impossible de le remplacer par « dans le fond » ou « fait que », mais je ne désespère pas! Et puis, une langue, avec ses tics, ne serait pas aussi un marqueur d’identité? Nous y reviendrons…

Ce qui me frappe surtout dans le français québécois, c’est le paradoxe entre un attachement quasi viscéral à la langue française et l’usage d’expressions littéralement traduites de l’anglais. J’en ai cité quelques-unes comme « bon matin » (good morning), « laisse-moi savoir » (let me know) et « fin de semaine » (weekend), mais il y aussi « bienvenue » (you’re welcome) en réponse à « merci » quand le Français de France répondra d’instinct « de rien ».

Cette dichotomie rend le français québécois fascinant du point de vue sociolinguistique. Dans un pays à forte présence anglophone, collé aux États-Unis, le français du Québec fait figure de farouche résistant à l’omniprésence de la langue de Shakespeare.

Dans un monde où les frontières s’effacent, où l’humanité semble s’uniformiser, la langue est l’un des derniers remparts contre la normalisation, qui se dresse à la défense d’une histoire et d’une identité propres.

Ce désir de préserver la francophonie au Canada a des avantages majeurs. Outre son rayonnement international, notre langue commune est un formidable outil d’intégration. Elle permet de limiter le déracinement et de faire nôtre un pays dont nous ne sommes pas originaires, mais qui nous accueille à bras ouverts.

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

categories-bullets

À propos de l'auteur

Julie Labille

Julie Labille vient de Paris et a immigré au Québec en juillet 2018. Traductrice de formation et de métier, elle est passionnée des langues. Elle nourrit aussi une passion pour les cétacés et consacre une grande partie de son temps libre à leur défense à travers l’association C’est assez. Elle a découvert le Portail linguistique grâce à TERMIUM Plus®, qui lui sert quotidiennement dans son travail. C’est donc naturellement qu’elle a décidé d’intégrer le blogue pour transmettre sa passion des langues et apporter, à son échelle, sa contribution à son nouveau pays, le Canada.

Ajouter un commentaire

Participez à la discussion et faites-nous part de vos commentaires!

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Bienvenue au Québec Julie ! Ce paradoxe sociolinguistique dont tu parles — excuse-moi si je te tutoie, mais on a le tutoiement plus facile ici que dans l’Hexagone —, l’attachement quasi viscéral à la langue française et l’usage d’expressions calquées sur l’anglais, n’est pas un phénomène propre au Québec. Nous nous sommes battus pour notre langue, certes, mais la démographie, le contexte politique environnant et la force d’une langue telle que le français au niveau international ont sûrement contribué à la préservation du français québécois.

Ce qui le rend si particulier c’est qu’il a pu non seulement se maintenir, mais aussi prospérer tout en étant imbriqué dans un monde anglo-saxon. Il est dès lors inévitable que notre langue soit teintée d’anglicismes.

Partout où une langue côtoie étroitement une autre langue aussi prévalente et omniprésente, elle aura tendance à en « absorber » les mots, les expressions et aussi la syntaxe (d’où les calques que tu rapportes), surtout après des siècles de contact. Avec le temps, de nombreux calques tels que « fin de semaine » se sont bien implantés et ne sont plus considérés fautifs. Après tout, « weekend » résonne-t-il plus « français »? L’usage et la pérennité décident finalement de l’acceptabilité des calques. « Bon matin » ne jouit certainement pas encore de cette autorité; trop jeune et pas assez répandu!

Et n’oublions pas que des siècles de proximité avec l’anglais ont instillé et larvé de nombreux calques dans notre parler au point où même les gens éduqués ont du mal à les reconnaître!

Date de modification :