Raconter des histoires en cuisinant, une recette gagnante pour enseigner une langue

Publié le 31 octobre 2022

La nourriture rassemble les gens. Réunis autour d’un repas, les gens tissent des liens. Durant mes années d’école en immersion française, j’ai découvert comment la nourriture pouvait jouer un rôle important jusque dans l’apprentissage d’une langue.

Lorsque j’étais petite, apprendre le français était une épreuve pour moi. J’ai souvent demandé à mes parents de me faire transférer au programme anglais. Il était difficile d’apprendre le français dans une communauté anglophone, mais ma mère a su garder vivantes mes racines francophones en m’attirant dans la cuisine. C’est en préparant avec elle des recettes canadiennes-françaises et en l’écoutant raconter des histoires de mon passé que je pratiquais mon français. Et c’est grâce à ces moments d’échange avec ma mère dans la cuisine que je peux aujourd’hui continuer à transmettre ces histoires et ces recettes à mes enfants et à mes élèves.

Apprendre en contexte réel

Dans l’apprentissage d’une langue seconde, le principal défi qui se présente aux élèves est de devoir utiliser la langue dans un contexte restreint, plutôt que d’utiliser leurs compétences pour accomplir des actions dans un contexte réelNote de bas de page 1. Pour les enfants qui apprennent une nouvelle langue, les activités pratiques et les expériences en contexte réel sont beaucoup plus efficaces que l’enseignement purement théoriqueNote de bas de page 2. Faire la cuisine avec les élèves est une activité pratique, multidimensionnelle et stimulante. Leur raconter des histoires pendant une activité de cuisine enrichit leur vocabulaire tout en leur faisant découvrir un riche passé et en donnant un sens à leurs apprentissages.

La participation à des activités en situation d’immersion permet de motiver les élèves à apprendre une langue, et la cuisine est un excellent moyen de les mobiliser. Mes souvenirs les plus précieux en tant qu’enseignante sont les moments où je jouais la sous-chef pendant que ma mère venait faire des démonstrations de recettes en classe. Je dansais la gigue avec elle, je l’écoutais chanter et réciter des comptines à gestes en français, et toute la classe était suspendue à ses lèvres. J’étais fascinée par la façon dont elle retenait l’attention des élèves en français pendant tout ce temps.

Liens intergénérationnels

Enseigner la cuisine aux enfants n’est pas une stratégie nouvelle, mais à ma grande surprise, tisser des liens intergénérationnels par la cuisine est un concept assez récentNote de bas de page 3. Les liens intergénérationnels que l’on crée avec l’enfant grâce à ces histoires et à ces expériences culinaires, surtout pendant la petite enfance, représentent une « compétence » essentielle ayant de nombreuses et importantes répercussions sur l’apprentissage d’une culture et d’une langue secondeNote de bas de page 3.

Quelques idées pour commencer

Malheureusement, il n’est pas facile de cuisiner dans les écoles primaires, car celles-ci ne disposent pas des ressources nécessaires en matière de locaux, d’équipement et d’ingrédients. Je comprends, pour l’avoir vécu, à quel point il est difficile de mettre sur pied des expériences combinant les histoires et la cuisine en milieu scolaire. Dans le cadre de mon programme de maîtrise en éducation, j’ai créé à Calgary la Food Storytelling Initiative (initiative de narration culinaire) afin de mettre ces expériences davantage à la portée de nos élèves, et d’offrir plus d’occasions de les vivre dans un contexte d’enseignement primaire.

Vous aussi, vous pouvez utiliser les histoires en cuisine. Le plus important est de se lancer, qu’il s’agisse d’une activité réalisée dans une classe ou à l’échelle de l’école. Voici quelques idées pour commencer.

1. Donnez la parole aux élèves

Demandez aux élèves de parler de leurs histoires ou de leurs photos de famille ou de leurs recettes traditionnelles avec la classe, ce qui améliorera leurs compétences verbales.

2. Invitez les grands-parents

Demandez à des grands-parents de la communauté de vous rendre visite et de raconter leurs histoires ou de cuisiner des recettes avec le groupe. J’utilise la cuisine du personnel pour ces activités. Sinon, réalisez l’activité de cuisine en classe et préparez une recette pour laquelle il n’est pas nécessaire d’utiliser une cuisinière. Ou encore, vous pourriez d’abord assembler la recette, puis envoyer deux volontaires à la cuisine pour la terminer. Une fois le plat prêt, savourez le ensemble tout en racontant des histoires.

3. Utilisez la technologie

Invitez les personnes plus âgées à se joindre à votre classe par vidéoconférence si elles ont des problèmes de mobilité. Les élèves peuvent leur poser des questions, ou se faire guider pour préparer une recette en classe ou en cuisine, en temps réel.

4. Maximisez l’apprentissage linguistique

Lisez des recettes ensemble et posez des questions pour favoriser la compréhension des élèves. Concoctez des recettes thématiques comme un pouding au chocolat printanier afin d’enrichir leur vocabulaire, ou « imprimez » des crêpes en forme de lettres de l’alphabet.

5. Puisez dans les ressources communautaires

Mettez les élèves en communication avec des adultes retraités qui ont une formation dans des domaines comme l’horticulture ou la construction de boîtes de jardinage. Préparez ensuite une recette à partir d’ingrédients du jardin. Dans le cadre de la Food Storytelling Initiative à Calgary, nous jumelons les aptitudes de personnes plus âgées avec les besoins de nos élèves. À l’inverse, les élèves peuvent posséder certaines compétences, par exemple en informatique ou en utilisation de la vidéo, auxquelles les personnes d’un certain âge pourraient vouloir s’initier.

Les histoires en cuisine : la voie de l’avenir

L’apprentissage d’une autre langue n’est pas une sinécure. Il faut un village pour élever un enfant. Les personnes plus âgées ont tant à donner et tant d’histoires à raconter. Mieux connaître leur passé peut stimuler l’intérêt, la motivation et la passion de nos élèves pendant qu’ils tissent des liens entre eux et apprennent une nouvelle langue.

La COVID-19 a beaucoup isolé les gens. En apprendre davantage à propos de notre passé au moyen d’histoires et de recettes traditionnelles peut nous rapprocher de nouveau. La création de liens et l’intégration thématique des apprentissages seront des stratégies éducatives cruciales pour nos élèves dans un monde post-pandémique.

Quel petit geste pourriez-vous faire aujourd’hui dans votre classe ou votre école pour favoriser des relations intergénérationnelles positives grâce à la nourriture et aux histoires?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles des personnes qui les ont rédigés. Elles ne reflètent pas nécessairement celles du Portail linguistique du Canada.

En savoir plus sur Lisa Trout

Lisa Trout

Lisa Trout

De mère francophone et de père anglophone, dernière d’une famille de sept enfants, Lisa Trout a grandi en Saskatchewan dans un milieu bilingue dynamique. Mère de deux enfants, elle combine les rôles d’enseignante en immersion française à l’école intermédiaire, de coach certifiée en santé globale et d’autrice. Étudiante à la maîtrise à la Faculté d’éducation de l’Université de Calgary, Lisa étudie la façon dont le bien-être et la santé mentale dans les écoles influent sur l’apprentissage d’une langue seconde. Elle souhaite continuer d’utiliser dans ses classes d’immersion des méthodes d’éducation axées sur le bien-être de l’élève.

 

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Participez à la discussion et faites-nous part de vos commentaires!

Commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Français