Plaidoyer en faveur des bibliothèques

Sur cette page

Publié le 
5 octobre 2020

Où peut-on à la fois se cultiver, se détendre, méditer, socialiser ou encore voyager sans même quitter son siège? Eh bien non, ce n’est pas dans un réseau social ou quelque application dernier cri! Je veux simplement parler des bibliothèques!

Les bibliothèques, ces « cathédrales pour les livres » selon l’écrivain Alexandre Jardin, font partie de ma vie depuis mon plus jeune âge. Je me souviens du rituel hebdomadaire : ma mère nous emmenait, ma sœur et moi, non pas à la bibliothèque municipale du coin, mais à d’autres bibliothèques environnantes. Nous remplissions notre sac de toile, qui servait de « sac biblio » (pas de sac plastique… déjà, il y a plus de 30 ans!), des livres empruntés la semaine précédente et revenions, quelques heures plus tard, avec ce même sac rempli de nos nouvelles découvertes littéraires!

Je me souviens d’une des bibliothèques de Cannes, en France, qui ressemblait à un petit château entouré d’un parc! Quel lieu paisible et inspirant! Je parcourais les allées des livres pour enfants, feuilletant ouvrage après ouvrage jusqu’à la découverte ultime qui passerait les prochains jours en ma compagnie! Nous nous retrouvions, ma sœur, ma mère et moi-même, au bout de 20 minutes environ, impatientes de nous lancer dans la lecture de nos dernières acquisitions!

Quelques années plus tard (pas mal d’années en fait!), me voilà à des miles de Cannes, avec le même rituel qu’autrefois! Je fréquente les bibliothèques de ma communauté chaque semaine et même plusieurs fois par semaine!

J’arpente les allées bordées de chaque côté par des étagères métalliques remplies de livres, les yeux rivés sur le dos des volumes de toutes tailles! Férue de romans francophones, j’épluche chaque rangée de la partie « livres en français » de la bibliothèque municipale de Richmond! Les ressources francophones de ma communauté, où l’anglais ainsi que le chinois prédominent, sont nombreuses et variées; du livre pour enfants coloré au roman d’aventures pour adolescents, en passant par les méthodes d’apprentissage du français, tout y est! Des biographies d’éminents Canadiens aux romans classiques en passant par la littérature romantique, les choix sont multiples!

La bibliothèque principale de Vancouver est l’autre bibliothèque que j’aime également fréquenter… presque quotidiennement. Là, en plus des milliers d’ouvrages francophones, se trouvent de nombreux magazines dans la langue de Molière.

Je me considère comme chanceuse et privilégiée de pouvoir ainsi fréquenter non pas un, mais plusieurs de ces endroits qui, à la fois, apaisent et stimulent mon esprit! Il n’est pas rare que j’entende de mes proches, de mes collègues ou de mes pairs que la région de Vancouver ne possède pas assez de ressources francophones! Permettez-moi de dire, chers lecteurs, que nos bibliothèques et associations francophones locales regorgent de livres et de revues francophones pour tous les âges et tous les niveaux! Pourquoi ne pas profiter d’une de ces journées pluvieuses pour arpenter les couloirs de votre bibliothèque municipale et, ainsi, explorer les ressources francophones de votre communauté? Vous y découvrirez peut-être l’ouvrage, le CD ou le magazine en français que vous recherchiez depuis si longtemps!

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Caroline Gadenne

Originaire de France où elle a étudié les langues étrangères, Caroline est une fervente de la langue française et plus précisément de la grammaire! Enseignante de français langue seconde, Caroline fait passer des examens de langue française et en assure la correction. Elle travaille à plein temps comme fonctionnaire fédérale à Vancouver.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Date de modification :