Une langue qui s’adapte aux changements climatiques

Sur cette page

Publié le 
20 avril 2020
Rédigé par  , Office québécois de la langue française

J’ai personnellement à cœur le respect de l’environnement. Je tente d’y contribuer en recyclant, en récupérant et en réutilisant les matériaux, ainsi qu’en privilégiant certaines habitudes de vie qui peuvent limiter mon empreinte écologique. Toutefois, ces petits gestes peuvent paraître bien anodins quand on fait le portrait global des changements à effectuer à l’échelle mondiale pour contrer le réchauffement planétaire.

Qu’on soit écoanxieux (s’ouvre dans un nouvel onglet) ou climatonégationniste (s’ouvre dans un nouvel onglet), on peut difficilement faire abstraction de la place qu’occupe le sujet des changements climatiques dans l’actualité en 2020. Quand plus d’un demi-million de personnes se mobilisent lors d’une marche pour le climat, paralysant du même coup une partie du centre-ville de Montréal, ça fait jaser! Et tant qu’à jaser, pourquoi ne pas le faire en français?

L’Office québécois de la langue française a choisi d’aborder le thème incontournable des changements climatiques dans un vocabulaire. Puisque, comme pour tous les autres projets de vocabulaires, la collaboration d’expertes et d’experts du milieu est primordiale afin d’assurer la validité des renseignements diffusés dans les fiches terminologiques, nous avons sollicité l’apport de spécialistes du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (ça allait de soi!) et du consortium de recherche Ouranos. Notre équipe de terminologues a ciblé les concepts relatifs aux causes et aux répercussions des changements climatiques ainsi que d’autres touchant des moyens susceptibles de permettre la lutte contre ce phénomène.

Naturel ou anthropique

Les changements climatiques pourraient-ils être naturels? Eh bien… en partie! Le vocabulaire produit par l’Office traite aussi de concepts liés aux phénomènes naturels, comme l’effet parasol (s’ouvre dans un nouvel onglet). Cependant, l’humain n’y est pas pour rien. Nous l’avons bien constaté lors de nos recherches, et nos expertes et experts en environnement l’ont confirmé. Par nos activités quotidiennes, nous contribuons à l’expansion thermique des océans (s’ouvre dans un nouvel onglet), à la déforestation (s’ouvre dans un nouvel onglet) et à la fonte du pergélisol (s’ouvre dans un nouvel onglet).

De nouveaux concepts à nommer, d’autres à définir

Qu’est-ce que la macroalgoculture (s’ouvre dans un nouvel onglet)? Et la solastalgie (s’ouvre dans un nouvel onglet)? Comment désigne-t-on le phénomène d’inondation des sols situés en bordure de mer? Tant de concepts récents à nommer, tant d’autres à définir. Évidemment, un vocabulaire produit en l’espace de quelques mois ne peut comprendre tous les concepts entourant un domaine aussi vaste. Plusieurs des thèmes les plus récurrents dans l’actualité sont couverts par ce vocabulaire qui, avec votre aide, pourra s’enrichir d’autres concepts au fil du temps. Écrivez à l’équipe du Grand dictionnaire terminologique (s’ouvre dans un nouvel onglet) et vous verrez le vocabulaire être mis à jour pratiquement en temps réel!

Vous voulez en savoir plus sur les différents concepts liés aux changements climatiques? Près de 80 fiches terminologiques vous attendent sur la page Dans l’air du temps : vocabulaire des changements climatiques (s’ouvre dans un nouvel onglet).

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Francis Pedneault

Francis Pedneault

Francis Pedneault est coordonnateur de la production terminologique à l’Office québécois de la langue française depuis 2017. Diplômé de l’Université Laval en traduction en 2004, Francis compte plus de quinze ans d’expérience en terminologie. Parmi ses différents projets accomplis au cours de sa carrière, il a participé à la création de vocabulaires en aéronautique, en sport, en gestion, en intelligence artificielle et en commerce électronique. Il fait également partie de divers comités, dont celui chargé du traitement des emprunts à l’Office québécois de la langue française.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Il n’y a aucun commentaire pour l’instant.

Date de modification :