Revitalisation culturelle : miser sur le passé pour bâtir un avenir meilleur

Sur cette page

Publié le 
19 juin 2020

Je viens de kâniyâsihk, ce qui signifie « un lieu » en cri. Le lieu dont je parle se trouve en bordure du lac Ministikwan, en Saskatchewan, et c’est l’endroit où j’ai grandi et où je vis toujours. La forêt boréale y est d’une immense beauté : on y trouve de magnifiques lacs et plusieurs sanctuaires d’animaux et d’oiseaux.

En tant que chercheur, j’ai étudié les méthodes d’enseignement, les programmes de formation des enseignants et l’éducation écologique, dans l’espoir d’améliorer l’instruction dans ma communauté. Depuis plus de 15 ans, je travaille avec des écoles communautaires pour promouvoir une éducation enracinée dans la nature et dans la langue crie. Permettez-moi de vous parler un peu des programmes de revitalisation auxquels j’ai participé.

kâniyâsihk Culture Camps

Au lac Ministikwan, nous avons lancé un programme collectif qui devrait inspirer d’autres collectivités. En 2000, nous avons constaté qu’il y avait un fossé – une panne de communication – entre nos aînés et nos enfants. Très peu d’enfants parlaient notre dialecte autochtone, le cri des Plaines, à l’école et dans la communauté. Cela compliquait beaucoup la transmission du savoir de nos aînés.

Nous avons aussi remarqué que le contact avec la nature se perdait. Par exemple, la tradition annuelle de la récolte de plantes médicinales et d’aliments dans la nature, comme les fruits sauvages, était en train de tomber dans l’oubli. Notre culture et nos ressources étaient d’une telle richesse que nous n’avions pas remarqué cette coupure. Quand nous avons vu que les aînés et les gardiens du savoir n’arrivaient plus à rejoindre les jeunes générations, nous avons été nombreux à nous en inquiéter et à passer à l’action. En tant que membres de la communauté et de nos familles, nous avons décidé de créer un espace qui nous permettrait de diffuser le savoir et la langue, mais aussi d’apprendre des autres nations autochtones du monde. C’est ainsi que nous avons fondé kâniyâsihk Culture Camps (s’ouvre dans un nouvel onglet) (camps culturels kâniyâsihk; site en anglais seulement), un organisme sans but lucratif dédié au bien-être global de la communauté. Il s’agit d’un lieu de rassemblement où les aînés peuvent transmettre leur savoir et enseigner nos coutumes ancestrales aux jeunes. C’est également un lieu de communion avec la nature, où l’on peut pagayer sur le lac en été, faire du traîneau à chiens en hiver. On y renoue avec la culture crie en parlant la langue et en tissant des liens avec ses semblables. Plus de 16 ans après la fondation de l’organisme, nous sommes fiers de dire que kâniyâsihk Culture Camps est un franc succès.

École d’immersion crie

Forts du succès de kâniyâsihk Culture Camps, nous avons lancé un programme destiné aux jeunes de notre communauté : kâ-nêyâsihk mîkiwâhpa, une école d’immersion crie axée sur la nature.

Le déclencheur de ce projet fut un sondage réalisé dans la communauté au sujet de l’importance de la langue et de la culture. Il a montré que les gens trouvaient extrêmement important de préserver, de revitaliser et de normaliser notre langue. Nous avons alors voulu mesurer combien de temps les élèves parlaient le cri à l’école, puis examiner en profondeur les programmes d’enseignement. Nous avons découvert que ces programmes ne comprenaient aucun savoir autochtone. En fait, ils étaient très eurocentriques.

Il nous a paru évident qu’il fallait mettre sur pied un programme permettant de transmettre notre savoir ancestral, de préserver notre culture traditionnelle et de revitaliser la langue crie. Notre école d’immersion permet aux enseignants, qui parlent tous couramment le cri, de mettre à profit leurs connaissances et d’enseigner dans leur propre dialecte. C’est un lieu où l’on explique les points de vue des Premières Nations et où les élèves ont à cœur d’apprendre.

De l’inspiration pour l’avenir

J’espère que nous allons inspirer d’autres personnes à lancer des programmes de revitalisation culturelle de leur cru. Les programmes de ce type amènent les jeunes autochtones à acquérir les savoir-faire traditionnels, à découvrir leur culture autochtone et à parler leur langue ancestrale. Qui plus est, ils aident les jeunes générations à renouer avec les aînés, qui ont un riche savoir à leur léguer.

Connaissez-vous d’autres projets de revitalisation de cultures autochtones? J’aimerais que vous m’en parliez dans la section des commentaires.

Traduit par Marc-André Descôteaux, Portail linguistique du Canada

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Kevin Lewis

Kevin Lewis

Titulaire d’un doctorat, Kevin wâsakâyâsiw Lewis appartient à la Nation crie du lac Ministikwan et vit dans le territoire visé par le Traité no 6. Il est auteur, chercheur et professeur de nêhiyaw (cri des Plaines). M. Lewis collabore avec des établissements d’enseignement supérieur du Manitoba, de la Saskatchewan et de l’Alberta dans les domaines du développement et des méthodes d’enseignement de la langue crie. Ses recherches portent notamment sur le lien entre la langue et les politiques, les méthodes d’enseignement d’une langue seconde, la création de programmes de formation des enseignants et l’éducation écologique. Depuis plus de 15 ans, il travaille avec des écoles communautaires dans le but de promouvoir une instruction axée sur la nature et la langue. M. Lewis est le fondateur de kâniyâsihk Culture Camps (s’ouvre dans un nouvel onglet) (site en anglais seulement), un organisme sans but lucratif dédié au bien-être global de la communauté. Il est aussi l’un des créateurs de kâ-nêyâsihk mîkiwâhpa, une école d’immersion crie orientée vers la nature.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Bravo, ce sont des programmes inspirants! J'espère qu'ils se répandront partout au Canada et en Amérique pour que chaque citoyen, en signe de respect, puisse apprendre au moins les rudiments d'une langue autochtone du territoire sur lequel il habite ainsi qu'élargir sa compréhension et développer plus de respect pour la culture de la nation de ce territoire ou de cette région.

Date de modification :