Deux étudiants, une même cause

Sur cette page

Date de publication : 
16 octobre 2017
Rédigé par : Zachary Blanchard-Séguin

Dans le cadre de mes études à l’Université d’Ottawa, j’ai eu la chance de faire un stage au Réseau de développement économique et d’employabilité (RDÉE Canada), un organisme sans but lucratif qui offre une vaste gamme d’activités et de services aux communautés francophones et acadiennes du Canada.

Ce stage m’a permis d’aller à la rencontre de 2 jeunes étudiants enthousiastes qui, comme moi, sont passionnés par la langue française et leur communauté francophone. À leur manière, ils s’engagent activement pour assurer l’avenir du français au Canada.

Un Acadien fier de ses racines

Jean-Sébastien Comeau grandit à Dieppe, une banlieue majoritairement francophone au Nouveau-Brunswick. Malgré les pressions de son entourage pour qu’il fasse des études postsecondaires en français, il décide de déménager à Sackville pour peaufiner sa langue seconde et faire un baccalauréat en relations internationales en anglais à l’Université Mount Allison (site en anglais seulement).

Vivre et étudier dans un milieu anglophone lui a fait voir les choses sous une nouvelle perspective et l’a amené à renouer avec sa langue maternelle. Dans le cadre de sa maîtrise ès arts en communication à l’Université d’Ottawa, il a d’ailleurs choisi comme sujet de thèse l’évolution de l’identité acadienne sous le mandat de Louis Robichaud, le premier ministre du Nouveau-Brunswick de 1960 à 1970. Il terminera cet important projet de recherche en décembre 2017.

Jean-Sébastien espère que son projet pourra produire des retombées visibles. Le renforcement de l’identité et de la fierté acadienne pourrait, selon lui, stimuler le tourisme et produire des retombées positives sur le plan de l’entrepreneuriat au Nouveau-Brunswick.

Un militant pour la cause des Franco-Canadiens

Vers la fin de ses études secondaires, Francesco Caruso s’est découvert une passion pour la francophonie en participant à des activités organisées par la Fédération de la jeunesse franco-ontarienne. À ce moment-là, il voit à quel point la communauté francophone est rassembleuse et décide de s’engager à fond pour contribuer à offrir un avenir prospère aux francophones de l’Ontario.

Dès son entrée à l’université, Francesco siège au Conseil d’administration du Regroupement étudiant franco-ontarien (RÉFO) de l’Université d’Ottawa. Puis il travaille pour diverses associations et fédérations étudiantes avant d’être élu représentant des étudiants francophones au comité exécutif national de la Fédération canadienne des étudiantes et étudiants (FCÉÉ) pour l’année 2016-2017.

Aux yeux de Francesco, la francophonie offre une grande richesse et, s’il n’a pas encore décidé de ce qu’il fera de son avenir, il sait déjà qu’il veut continuer à faire avancer la cause des francophones au Canada.

Des jeunes motivés

Ces 2 étudiants ont le vent dans les voiles et souhaitent continuer d’appuyer leur communauté. La vitalité du français et du bilinguisme a une incidence économique qui se traduit par des perspectives d’avenir pour les jeunes.

Tout comme moi, les jeunes Franco-Canadiens d’aujourd’hui sont fiers de leur communauté florissante. Vous voulez en savoir plus sur ces étudiants exceptionnels? Je vous invite à lire l’intégralité de mes billets intitulés Un étudiant acadien fait valoir ses ancêtres et La cause des francophones à l’université.

Et vous, que faites-vous pour assurer la vitalité de votre communauté linguistique?

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont ceux des auteurs. Ces opinions ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

Catégories

À propos de l'auteur

Zachary Blanchard-Séguin

Dans le cadre du régime coopératif et de son baccalauréat en commerce, Zachary peaufine ses habiletés de communication professionnelle grâce à son stage au RDÉE Canada. Défenseur de sa langue maternelle et de la culture qui l’accompagne, il saisit toutes les occasions de promouvoir les deux et d'échanger avec davantage de francophones et francophiles!

Ajouter un commentaire

Participez à la discussion et faites-nous part de vos commentaires!

Veuillez lire les Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait aux Normes relatives à la formulation de commentaires du gouvernement du Canada.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Javascript doit être activé pour que vous puissiez remplir ce formulaire.

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

J'habite dans un coin assez francophone de la ville d'Ottawa. Même si mon premier réflexe est de m'adresser aux commerçants en anglais, je m'efforce de leur parler en français, pour qu'ils continuent d'offrir un servir bilingue à leurs clients. C'est à nous, francophones, d'assurer la vitalité du français au Canada.

Billet éloquent à lire, notamment sur les retombées positives du français et du bilinguisme.
Bravo à ces deux jeunes fiers de leur origines et qui ne se cloisonnent pas dans une vision étroite de notre réalité en terre d'Amérique.

Date de modification :