Contenu de la page principale

L’appel du bénévolat

Sur cette page

Publié le 
10 juin 2019

Le bénévolat est une des pierres d’assise de toute société. Mais dans nos communautés francophones, ce concept est bien plus. Le bénévolat devient une nécessité pour assurer la survie, la continuité et l’épanouissement des communautés.

Qu’est-ce que le bénévolat? Le dictionnaire indique que c’est une « activité assurée par une personne bénévole ». C’est bien, mais encore? Toujours d'après le dictionnaire, une personne bénévole « est une personne qui fait quelque chose pour autrui sans rémunération ».

Je reviens sur l’épanouissement de nos communautés francophones. La question suivante se pose : d’où vient cet appel du bénévolat chez nous dans nos communautés minoritaires? Pour certaines personnes, cet appel est inné et vient du plus profond de l’être. Il s’agit pour elles de faire quelque chose pour les autres. Chez d’autres, le bénévolat est un apprentissage. Voir les autres agir, faire quelque chose pour autrui, les incite à en faire autant. Le bénévolat est, somme toute, un échange de connaissances.

Il y a de nombreux types de bénévolat. Dans nos communautés, on note que tout le monde est plus ou moins bénévole et certains jusqu’à épuisement! On voit les mêmes personnes à tous les évènements organisés par l’association francophone locale. L’épanouissement ou la survie semble reposer sur leurs épaules.

Y a-t-il panne sans la relève? Comment faire pour amener de nouvelles personnes à faire du bénévolat et ainsi assurer la relève de nos communautés? Pour motiver de nouveaux bénévoles, il faut, je crois, les encourager à participer à des activités qu’ils aiment. La lecture aux jeunes et aux aînés, les activités touchant les arts, les jeux de société, le chant, le sport, les soirées communautaires sont d’autant d’occasions de tout doucement s’impliquer, de collaborer, de se rendre utile et, sans s’en rendre compte, de se joindre à la communauté des bénévoles francophones.

J’habite à Terre-Neuve-et-Labrador depuis 43 ans. Le programme de moniteurs des langues officielles à temps partiel m’a amenée à Corner Brook, pour commencer mes études au Collège régional Memorial (maintenant le campus Grenfell) et à travailler comme monitrice de langues à Cap St. Georges sur la péninsule de Port-au-Port et plus tard à St. John’s à l’Université Memorial. Ne parlant pas l’anglais à cette époque, j’ai remercié mes parents à plusieurs reprises de m’avoir encouragée à participer au mouvement scout en anglais à Dorval, au Québec, et plus tard, mon père d’avoir accepté une mutation à Grand-Sault au Nouveau-Brunswick. De ces expériences de vie, j’appris premièrement qu’il y a des gens qui parlent anglais et qui vaquent à des activités semblables aux miennes. Et deuxièmement, qu’il y a des gens qui parlent et qui vivent en français ailleurs qu’au Québec, y compris dans la dixième province du Canada!

Le type de bénévolat que j’affectionne tout particulièrement est… de parler en français! Qui l’eût cru? C’est une sorte de militantisme tranquille. Je le fais partout! Dans le taxi, au café, avec les concierges et les agents de sécurité au travail. Des gens que je ne connais même pas me lancent un petit bonjour en rentrant au travail le matin!

L’appel du bénévolat, il faut y répondre. Tout le monde y gagne!

Avertissement

Les opinions exprimées dans les billets et dans les commentaires publiés sur le blogue Nos langues sont celles de leur auteur. Elles ne reflètent pas nécessairement celle du Portail linguistique du Canada.

À propos de l'auteur

Suzelle Lavallée

Suzelle Lavallée est enseignante de formation. Elle a enseigné les programmes d’immersion tardive à Labrador City et à St. John’s ainsi qu’aux adultes. Elle s’intéresse aux gens et aux particularités des endroits qu’elle a la chance de visiter. Elle est née au Québec, mais son parcours l’a amenée au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador, où elle a poursuivi ses études à l’Université Memorial.

categories-bullets

Écrire un commentaire

Veuillez lire la section « Commentaires et échanges » dans la page Avis du gouvernement du Canada avant d’ajouter un commentaire. Le Portail linguistique du Canada examinera tous les commentaires avant de les publier. Nous nous réservons le droit de modifier, de refuser ou de supprimer toute question ou tout commentaire qui contreviendrait à ces lignes directrices sur les commentaires.

Lorsque vous soumettez un commentaire, vous renoncez définitivement à vos droits moraux, ce qui signifie que vous donnez au gouvernement du Canada la permission d’utiliser, de reproduire, de modifier et de diffuser votre commentaire gratuitement, en totalité ou en partie, de toute façon qu’il juge utile. Vous confirmez également que votre commentaire n’enfreint les droits d’aucune tierce partie (par exemple, que vous ne reproduisez pas sans autorisation du texte appartenant à un tiers).

Commentaires

Les commentaires sont affichés dans leur langue d’origine.

Lire les commentaires

Madame Lavallée, votre billet est inspirant. Faisant beaucoup de bénévolat moi-même dans le domaine sportif, je suis tout à fait d'accord lorsque vous dites que malheureusement, ce sont trop souvent les mêmes personnes qui s'impliquent. Pour trouver de la relève, il faut d'abord trouver une personne inspirante que l'on veut suivre. Le type de bénévolat que vous faites offre tellement de belles possibilités! Lorsqu'on discute avec des gens dans sa langue seconde, on n'échange pas seulement des mots. On échange des bouts de culture et des idées novatrices. Longue vie à votre engagement communautaire pour que la langue continue de rayonner.

Date de modification :