a posteriori

  1. Se prononce a-pos-té-riori et s’écrit généralement sans accent grave sur le a. Certains mettent cependant l’accent grave parce qu’ils considèrent ce terme comme un emprunt francisé. Cet usage se répand aujourd’hui (voir a fortiori). Le terme a posteriori étant passé dans le langage courant, il reste en caractère romain.
  2. A posteriori signifie postérieurement, acquis grâce à l’expérience, de l’effet à la cause. « Le raisonnement a posteriori procède de l’effet à la cause. » Son antonyme est a priori.
  3. S’emploie comme locution adverbiale : « J’estime qu’on ne saurait satisfaire à cette exigence en informant simplement a posteriori la personne concernée de la décision prise par la Commission. » « Il peut arriver que l’action déclaratoire soit détournée de son but et utilisée pour opérer un ’renversement du contentieux’, en suscitant le contrôle judiciaire, non point a posteriori, mais, à l’avance, avec la secrète pensée de légitimer une opération projetée. »

    A posteriori s’emploie également comme locution adjective : « Par un raisonnement a posteriori, le juge a imputé à l’appelante une faute pour l’usage licite qu’elle faisait d’un terrain qu’elle avait loué. »

    L’emploi d’a posteriori comme substantif est rare (dire, par exemple, un a posteriori pour dire un jugement a posteriori).

Renseignements complémentaires

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :