Contenu de la page principale

antidate / antidater / postdate / postdater

Il arrive couramment que l’on use d’antidater dans le sens de postdater. L’emploi impropre de ce mot peut avoir de sérieuses conséquences lorsqu’il s’agit d’un document mis en cause dans une procédure juridique.

Antidater (le mot s’écrit sans trait d’union, voir anti-), c’est mettre sur un document une date antérieure à la date véritable. « Les parties ont décidé qu’il serait plus indiqué d’antidater le contrat. » Antidater un acte, un chèque, une lettre.

Postdater (le mot s’écrit sans trait d’union, voir post-), s’entend de l’opération contraire qui consiste à mettre sur un document une date postérieure à la date réelle. Postdater un chèque, c’est obliger le porteur à ne l’encaisser qu’à la date inscrite. « La loi interdit-elle vraiment de postdater les chèques à la signature d’un bail? » « Le jugement ou ordonnance prennent effet à partir de cette date, sauf ordre contraire de la Cour ou si elle prescrit que le jugement soit antidaté ou postdaté. »

Les substantifs sont antidate et postdate. Mettre une antidate (c’est-à-dire inscrire sur un document une date antérieure à la date véritable). « L’acte que l’on me remet porte une antidate. »

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :