balance du pouvoir

Bien qu’encore critiquée par certains, l’expression balance du pouvoir, de l’anglais balance of power, est maintenant passée dans l’usage canadien dans les sens suivants :

  • différence entre le nombre de sièges détenus par le parti élu et le nombre de sièges nécessaires pour avoir la majorité
  • capacité qu’a un parti d’opposition de donner son appui à un autre parti comptant plus d’élus pour lui permettre d’obtenir la majorité lors d’un vote

Il existe néanmoins de nombreuses autres façons d’exprimer cette idée. On pourrait notamment dire qu’un parti :

  • est l’arbitre de la situation
  • est en position d’arbitre
  • joue le rôle d’arbitre
  • influe sur l’équilibre des partis
  • est le maître du jeu
  • détient la clé du pouvoir
  • joue un rôle pivot
  • est en position charnière
  • occupe une position stratégique
  • constitue une minorité de blocage
  • dispose d’une minorité de blocage

Balance des pouvoirs

Il ne faut pas confondre balance du pouvoir (au singulier) avec balance des pouvoirs (au pluriel), qui désigne un « état d’équilibre », en politique.

Renseignements complémentaires

Voir aussi l’article balance du Juridictionnaire.

Rechercher par thèmes connexes

Vous voulez en apprendre davantage sur un thème abordé dans cette page? Cliquez sur un lien ci-dessous pour voir toutes les pages du Portail linguistique du Canada portant sur le thème choisi. Les résultats de recherche s’afficheront dans le Navigateur linguistique.

Date de modification :