bandit / banditisme / brigand / brigandage

Warning

This content is available in French only.

  1. Bandit et brigand (de même que leur quasi-synonyme malfaiteur) n’ont pas de forme féminine. « Elle a été traitée de bandit de grand chemin. » Les féminins bandite et brigande sont si rares qu’ils ne se sont pas vraiment imposés dans l’usage.
  2. Dans le domaine de la criminalité, le banditisme s’entend du recours brut à des actes de violence grave en vue d’obtenir un profit immédiat et important.

    Les formes les plus communes de banditisme sont les attaques 2 à main armée, les assassinats, les détournements (détournements 1détournements 2) d’avion, les enlèvements et les prises d’otage. Trois critères définissent généralement le banditisme : la violence souvent extrême contre les personnes, le professionnalisme et le support matériel et psychologique d’un groupe.

    Aussi, en France, les auteurs d’actes de banditisme entrent-ils dans les catégories suivantes : les malfaiteurs réunis en bande organisée, les auteurs de vols qualifiés commis avec port d’armes, les malfaiteurs qui font usage d’explosifs, les auteurs d’extorsion de fonds, d’homicides volontaires.

    Lutte contre le banditisme. « La loi française de 1949 sur les publications destinées à la jeunesse interdit de présenter sous un jour favorable le banditisme. » Apologie du banditisme.

  3. Le mot banditisme entre en concurrence avec le mot brigandage. Acte de brigandage. Combattre, réprimer, supprimer le brigandage. Se livrer à des brigandages.

    Tout comme le banditisme, le brigandage s’exerce le plus souvent par des malfaiteurs réunis en bandes organisées. Le Code pénal français prévoit une série de dispositions relatives aux diverses formes de brigandage : attentats contre la sécurité de l’État, organisation de bandes armées concertées, association de malfaiteurs, action concertée à force ouverte avec violences par groupe, vol en réunion et en armes, bande de pillards. Exercer des brigandages contre la sûreté de l’État.

  4. Il y a lieu de remarquer que bandit et brigand, contrairement à banditisme et brigandage, vieillissent et sont de plus en plus supplantés par des mots comme malfaiteur, et gangster dans la langue générale, même s’ils ne sont pas tout à fait synonymes.

Search by related themes

Want to learn more about a theme discussed on this page? Click on a link below to see all the pages on the Language Portal of Canada that relate to the theme you selected. The search results will be displayed in Language Navigator.

Date modified: