Main page content

afférent, ente / afférer

Warning

This content is available in French only.

Le mot afférent s’écrit presque toujours -rent, rarement -rant, il s’écrit toujours affé- et non [affè-] et se prononce a-fé-rent. L’adjectif afférent se construit généralement avec la préposition à; il peut s’employer en construction absolue, c’est-à-dire sans le complément attendu. « Les biens acquis par le Conseil appartiennent à Sa Majesté, les titres de propriété afférents peuvent être au nom de celle-ci ou au sien. »

Il a deux sens : qui revient à chacun dans un partage (« La part afférente à chacun des héritiers a été déterminée au moment du partage de la succession. ») et qui touche à, se rattache à, se rapporte à, revient à. Les dépens afférents à l’instance (et non [les dépens dans la présente instance]). Des renseignements afférents à une affaire. La rémunération afférente à un emploi. Les sommes afférentes.

Le Grand Robert signale la construction absolue y afférent comme archaïsme, mais elle est bien vivante dans les textes à caractère juridique ou administratif : « Vous trouverez ci-joint le contrat et les documents y afférents. » Clauses y afférentes.

À l’exception du Guérin, du Lexis, du Bescherelle et du Trésor, les dictionnaires français n’attestent pas le verbe afférer; au Canada, le Bélisle et le Beauchemin enregistrent afférer au sens d’incomber à (« Il affère au secrétaire de rédiger ce rapport »). Cet emploi est vieilli; on recourra plutôt à la construction impersonnelle : « Il appartient ou il incombe au secrétaire de rédiger ce rapport » « Il entre dans les attributions du secrétaire de rédiger ce rapport », ou la construction personnelle : « Le secrétaire a pour fonction de rédiger ce rapport ».

Le deuxième sens signalé est celui de revenir (« Quelle part d’héritage lui affère-t-il? » « La part qui affère à chaque héritier. ») Ainsi, contrairement à ce qu’affirment plusieurs linguistes et lexicographes, le participe présent afférant existe, et il serait correct d’écrire la part afférant (c’est-à-dire qui affère) à chaque héritier, mais incorrect d’écrire [la part afférante] parce que l’adjectif afférant n’existe pas.

Toutefois, comme la plupart des auteurs s’accordent à considérer afférer comme n’existant plus en français contemporain, il faut éviter le participe présent afférant et n’user que de l’adjectif afférent.

Search by related themes

Want to learn more about a theme discussed on this page? Click on a link below to see all the pages on the Language Portal of Canada that relate to the theme you selected. The search results will be displayed in Language Navigator.

Date modified: