On pourrait croire que c’est commettre un pléonasme que de terminer par etc. une énumération introduite au moyen de par exemple, comme, tels ou tels que. Cependant, aucun ouvrage ne condamne explicitement cet usage. On en trouve même des exemples dans certaines sources renommées :