La forme féminine du nom arpenteur-géomètre retenue par le Bureau de la traduction, la Classification nationale des professions et l’Office québécois de la langue française est arpenteuse-géomètre.

Toutefois, la forme arpenteure-géomètre est aussi correcte. Il s’agit de la forme adoptée par l’Ordre des arpenteurs-géomètres du Québec dans une résolution du 25 août 2000. L’Ordre juge que le sens attribué au mot arpenteuse dans les dictionnaires soulève l’ironie parce que le mot arpenteuse signifie « chenille arpenteuse » (ou « chenille de la phalène ») et un ou une géomètre désigne le papillon de la chenille arpenteuse.

Principes de féminisation

Selon les principes de féminisation, on devrait écrire arpenteuse-géomètre. En effet, la terminaison –eur fait normalement –euse (ou –trice) au féminin, et non –eure.

Bien que certains noms féminins en –eure soient attestés, ils demeurent des exceptions créées pour combler des lacunes lexicales. Il existe aussi quelques noms féminins en –eure qui entrent en concurrence avec –euse dans l’usage, mais dans ces cas, la forme en –euse est privilégiée.

Selon les dictionnaires

Le mot arpenteuse est attesté comme féminin d’arpenteur au sens de « professionnelle des techniques de calcul et mesures des surfaces et des relèvements de terrains ».

En revanche, la forme arpenteure n’est rapportée nulle part.

Renseignements complémentaires

Pour plus de renseignements au sujet de la féminisation des titres de postes, voir FÉMINISATION DES TITRES DE FONCTION.