Les règles qui concernent l’élision des conjonctions lorsque, puisque et quoique et l’ellipse du verbe être qui les suit ne font pas l’unanimité.

Élision

L’élision est le retranchement d’une voyelle à la fin d’un mot devant la voyelle qui commence le mot suivant. Or, tous les ouvrages ne sont pas du même avis en ce qui concerne l’élision du e final de lorsque, puisque et quoique.

Par souci de simplicité, on peut choisir de toujours faire l’élision, c’est-à-dire de mettre l’apostrophe devant un mot commençant par une voyelle ou un h muet :

Cette façon de faire est attestée.

Divergence d’opinion de certains grammairiens

Plusieurs grammairiens recommandent de faire l’élision seulement devant :

D’autres la permettent aussi avec les mots suivants :

De plus, pour certains, l’élision de puisque est facultative devant tout autre mot commençant par une voyelle ou un h muet :

Selon eux, en théorie, on ne ferait l’élision dans aucun autre cas que ceux énumérés ci-dessus.

Ellipse de l’auxiliaire être

Il est préférable de ne pas faire l’ellipse de (c’est-à-dire de ne pas omettre) l’auxiliaire être après lorsque :

Cette ellipse se rencontre toutefois en littérature :

Par contre, l’ellipse est admise après puisque :

Renseignements complémentaires

Voir aussi ÉLISION.