Généralités

La lettre se termine par une formule de politesse appelée salutation. La formule de salutation fait généralement l’objet d’un paragraphe distinct. Cette formule varie en fonction des rapports hiérarchiques ou personnels que l’on entretient avec le destinataire, et en fonction des usages établis dans l’organisation. Il ne faut pas confondre la salutation avec l’appel, qui est la formule qui commence la lettre.

Selon le respect que l’on désire marquer au destinataire, on commence la formule de salutation par :

Dans la salutation, il est essentiel de reprendre exactement la formule d’appel, que l’on place entre virgules :

Habituellement formée d’une phrase complète, la salutation se termine par un point. Mais lorsqu’elle se résume à quelques mots, comme dans les courriels, les notes courtes ou la correspondance personnelle, elle peut être suivie d’une virgule :

Formules de salutation traditionnelles

Les formules de salutation s’utilisent dans les lettres ou dans toute autre correspondance soignée. Il y a une gradation selon le destinataire :

Le choix de la formule de salutation varie en fonction du rapport hiérarchique ou personnel que l’on entretient avec le destinataire (ami, collègue, client, supérieur, personne qu’on connaît de nom mais pas personnellement, ministre ou autre haut dignitaire, etc.). Dans la correspondance plus officielle, il faut aussi tenir compte des usages établis dans l’organisation.

Selon le respect que l’on désire marquer au destinataire, on commence la formule de salutation par :

La fin de la salutation diffère généralement aussi selon le destinataire :

À un supérieur

À un fonctionnaire ou à une relation d’affaires

À un ministre, à un haut fonctionnaire

Exemples de formules de salutation

À un ministre, à un haut fonctionnaire

À un supérieur

À un fonctionnaire ou à une relation d’affaires

Les formules suivantes sont à caractère plus familier :

Formules de salutation brèves

Les ouvrages comptent très peu d’exemples de formules brèves à caractère administratif. La plupart des exemples courts s’appliquent à un contexte familier ou personnel. Nous considérons toutefois certaines expressions acceptables dans un courriel, par exemple. Les formules de salutation brèves n’ont toutefois pas leur place dans les lettres formelles à caractère administratif.

Il faut faire preuve de jugement lors du choix de la salutation et tenir compte du niveau de familiarité avec le destinataire (client qu’on ne connaît pas ou qu’on connaît bien, collègue de travail qui est aussi ami ou non, supérieur que l’on vouvoie ou que l’on tutoie, etc.).

Enfin, le point d’exclamation au lieu de la virgule se rencontre (Bonne journée!, Bonne lecture!). Ce signe de ponctuation rend toutefois le ton plus familier. Le point est plus neutre et est préférable si l’on ne connaît pas bien le destinataire.

Formules brèves à caractère administratif

Formules brèves à caractère personnel ou familier

Formules à caractère très familier

Formules à éviter

Expressions critiquées ou vieillies

Les formules brèves suivantes sont critiquées, et il vaut mieux les éviter :

De plus, on évite d’employer les anciennes formules :

Anacoluthe

Il arrive que la formule de salutation serve de conclusion lorsque la lettre est courte. On peut alors ajouter en début de phrase une mention du type :

Cependant, quand la phrase débute par un participe présent ou une proposition circonstancielle, il faut toujours les faire suivre de la formule je vous prie ou nous vous prions, de manière que le segment en tête de phrase ait le même sujet que la proposition principale. L’emploi de veuillez constituerait une anacoluthe.

voir ANACOLUTHE.

Agréer l’expression de sentiments, pas de salutations

En français, on exprime des sentiments, mais non des salutations. On dit donc correctement :

On peut aussi écrire :

Toutefois, il faut éviter les formules suivantes :

Renseignements complémentaires

Pour plus de renseignements au sujet des formules de salutation et d’appel, voir :