Il est correct de faire suivre comme de la préposition pour.

À l’idée de comparaison peut s’ajouter l’idée de but, de temps ou de condition, d’où les constructions comme pour, comme lorsque, comme si :