On insère parfois la lettre s devant en ou y. Cette lettre dite euphonique n’a aucune fonction grammaticale; elle ne fait que faciliter la prononciation pour éviter de choquer l’oreille.

Impératif + pronoms en ou y

Les verbes du 1er groupe (se terminant en –er), certains verbes du 2e groupe (verbes en –ir) et le verbe avoir ne prennent généralement pas de s final à la deuxième personne du singulier de l’impératif présent, comme dans entre, couvre ou aie.

On ajoute un s euphonique aux verbes qui n’en ont pas afin de faciliter la liaison avec les pronoms adverbiaux en et y compléments du verbe :

Impératif + pronoms en ou y + infinitif

Quand les pronoms en et y sont suivis d’un infinitif, on n’ajoute pas de s euphonique au verbe à l’impératif et on ne met pas de trait d’union entre le verbe et le pronom.

Impératif + préposition en

Le mot en est une préposition quand il sert à introduire un complément dans la phrase. On ne met pas de s euphonique devant cette préposition, ni de trait d’union.

Z euphonique

Des expressions comme donne-moi-z’en, prends-toi-z’en, rapporte-toi-z’en, etc., sont fréquentes dans la langue parlée au Canada. Il est préférable de les remplacer à l’écrit par donne-m’en, prends-t’en, rapporte-t’en, etc. Dans ces cas, le m et le t ne sont pas des lettres euphoniques, mais plutôt des pronoms personnels élidés (me, moi, te ou toi). C’est pourquoi ces lettres sont suivies de l’apostrophe et non du trait d’union :

On emploie le trait d’union avec les autres personnes de l’impératif :

Voir aussi T EUPHONIQUE (T-ON, T-EN, T-IL).