Le verbe s’étonner peut très bien être suivi d’un si, pourvu que l’on nie l’étonnement ou que celui-ci soit à venir :

Dans les phrases de ce genre, la construction si + indicatif se rencontre moins souvent, aujourd’hui, que le tour que + subjonctif :