En l’absence de noms officiels, les journalistes, les rédacteurs et les traducteurs doivent régulièrement créer des gentilés correspondant aux toponymes (noms de lieux) canadiens et étrangers. La création d’un nouveau gentilé ne le rend pas officiel.

Règles de base

Voici quelques règles de base qui servent à créer des gentilés :

Ajoutez le suffixe –ais, –ois, –ain et –ien au radical

Dans bien des cas, il est possible de créer un gentilé en ajoutant tout simplement un suffixe au radical du toponyme :

Les suffixes –ais, –ois, –ain et –ien sont les plus courants, mais on peut très bien en employer d’autres, tels que –an (fait ane au féminin ), –ène, –in, –éen ou –on (fait onne au féminin), s’ils conviennent mieux.

Évitez les effets cocasses

Les gentilés ne doivent pas choquer l’oreille lorsqu’ils sont prononcés. On évitera donc de créer un nom trop long ou cocasse (comme Terre-Neuvien-Labradorien, Ottawaïen et Trois-Rivièriens).

Prenez comme modèle les noms existants

Pour créer un nouveau gentilé, on peut s’inspirer d’un nom existant qui s’y rapproche ou vérifier sur Internet si un nom est déjà en usage.

Faites preuve d’imagination

On essaie de conserver le radical du toponyme dans la création du gentilé. Cependant, cela n’est pas toujours possible. On peut choisir d’employer une racine différente pour plusieurs raisons.

Exemples de gentilés astucieux

Suivez les règles d’écriture établies

Il est bien sûr très important de suivre les règles d’écriture du français quand on crée un gentilé.

Accentuation

On ajoute un accent quand c’est nécessaire. Les gentilés prennent les accents même si le nom de la ville n’en prend pas :

Modification de lettres

Il arrive qu’une lettre doive être modifiée pour créer le gentilé :

Redoublement des consonnes

L’usage n’est pas uniforme en ce qui concerne le redoublement ou non de consonnes de certains gentilés, notamment ceux qui se terminent en –onien ou en –onais :

Manque d’uniformité dans le redoublement des consonnes
Lieu en –on ou en –an Suffixe ajouté Gentilé créé
Edmonton –ien Edmontonien
Fredericton –ais Frédérictonnais
Yukon  –ais Yukonais
Saskatchewan –ais Saskatchewanais
St-Jean-sur-Richelieu –ais Johannais

Féminisation

En règle générale, on féminise un gentilé en ajoutant un e à la fin de la forme masculine :

Certains gentilés féminins nécessitent le redoublement de la consonne finale du masculin en plus de l’ajout du e. C’est le cas, entre autres, des gentilés se terminant par –ien :

Renseignements complémentaires

voir GENTILÉS DU CANADA.