Si l’expression seconde chance ne convient pas dans tous les contextes, il n’y a cependant pas lieu de la condamner de façon systématique.

En effet, seconde chance est attesté dans le sens de « chance offerte à quelqu’un qui a échoué une première fois ». Mais on hésiterait à l’employer pour traduire l’anglais second chance, dans une phrase comme :

Il est plus idiomatique d’écrire :