Dans l’usage canadien, on rencontre souvent non seulement suivi de l’inversion du sujet :

Ce tour est fautif. La locution adverbiale non seulement ne commande pas l’inversion du sujet. Il faut écrire :

Pour des renseignements complémentaires sur les adverbes placés en tête de phrase et l’inversion du sujet, voir INVERSION DU SUJET.

Voir aussi les articles Mots de tête : « non seulement ou de l’inversion du sujet » de Frèdelin Leroux fils et Non seulement ou le sujet attrapé par la queue de Jacques Desrosiers, parus dans L’Actualité terminologique (repris dans les Chroniques de langue), vol. 35,  1 (2002).

Non seulement… mais (aussi/encore)

Quand on emploie la locution adverbiale non seulement suivie de mais, il faut prêter une attention particulière à l’emplacement des deux segments dans la phrase.

Les deux segments de la locution (non seulement et mais) doivent être placés de façon symétrique par rapport aux mots qu’ils mettent en opposition, et placés immédiatement avant ceux-ci. De plus, les mots mis en opposition doivent être de même nature.

Examinons quelques exemples.

On emploie la virgule devant mais. On l’omet habituellement devant les mots non seulement, sauf si le segment de phrase contenant non seulement… mais constitue une apposition, c’est-à-dire un membre de phrase apportant une précision ou une explication, comme dans l’exemple suivant :

Renseignements complémentaires

Pour plus de renseignements sur d’autres emplois de la particule non, voir NON (ADVERBE DE NÉGATION), NON– (PRÉFIXE), NON/PAS et NON PLUS.