Au début des années 1990, les rédacteurs avaient le choix de mettre une ou deux espaces après le point.

De nos jours, les codes typographiques sont unanimes : on ne met qu’une seule espace après le point.

L’insertion de deux espaces à la fin d’une phrase est un vestige de l’époque des machines à écrire, qui étaient dotées d’une police de caractères à espacement fixe. Avec l’avènement des caractères numériques à espacement proportionnel, les deux espaces ne sont plus nécessaires, car ils créent de vastes plages de blanc dans le texte.

La même règle s’applique en anglais.