Majuscule/minuscule

Lorsque le mot ville a le sens d’« agglomération » et qu’il est employé comme générique, il s’écrit avec une minuscule :

Lorsque le mot ville désigne « l’administration urbaine », il prend la majuscule :

Voir aussi MUNICIPALITÉ et CONSEIL DE VILLE.

Histoire de la graphie

Le mot ville est issu du latin uilla, terme d’abord employé pour désigner une exploitation agricole. Son sens évolue peu à peu et, au 5e siècle, le mot signifie « groupe d’habitations autour d’une ferme », « agglomération rurale ».

À la fin du 10e siècle (vers 980), ville s’écrit vile. C’est seulement vers 1200 qu’apparaît la graphie ville, le mot désignant toujours un domaine agricole autour duquel sont regroupées des habitations. En 1390, l’ajout du suffixe –age permet l’apparition de la forme village, et le mot ville se voit dorénavant réservé aux agglomérations plus importantes.

Il faudra cependant attendre 1694 pour que l’Académie française atteste la « nouvelle » graphie.

Prononciation

En français, les noms communs renfermant la particule –ille se prononcent « iye », comme quille, briller, torpille et famille. Il n’y a que les mots mille et ville et certains noms propres, comme Lille (nom de ville), qui se prononcent comme il. En fait, les mots mille et ville, qui viennent tous deux du latin, se sont toujours prononcés de la même façon, mais ils ont subi des modifications orthographiques.