En tête de phrase

Quand il est placé en tête de phrase, un groupe de mots jouant le rôle d’un adverbe est en principe suivi d’une virgule :

Quand l’adverbe figurant en début de phrase est un mot isolé, court ou long, il n’y a pas de règle absolue. En principe, on emploie la virgule si la phrase est d’une certaine longueur ou si l’on désire créer un effet d’insistance. La virgule fait ressortir l’enchaînement des idées et contribue à la clarté de l’expression, tandis que son absence a pour effet d’accélérer le débit, le mouvement de la phrase. On l’omet si la phrase est courte, si elle est déjà abondamment ponctuée, ou si l’on veut accélérer le mouvement :

On notera que la virgule suit généralement les mots et locutions comme bref, cependant, certes, donc, en effet, en outre, néanmoins, par ailleurs et toutefois, qui établissent un lien avec ce qui précède et qui contribuent ainsi à la clarté du message. En isolant ces mots charnières, la virgule se trouve à les renforcer et à souligner encore plus rigoureusement l’articulation des idées :

Quand ces mots figurent dans le corps de la phrase, on les encadre de virgules si on veut les mettre en vedette ou si la phrase est longue; on supprime les virgules quand la phrase est courte ou déjà abondamment ponctuée :

Remarque : Avec ainsi que, la virgule est facultative :

Inversion du sujet

Les adverbes de liaison ainsi, à peine, aussi, du moins, encore, en vain, peut-être, à plus forte raison, sans doute, etc., ne sont pas suivis de la virgule lorsque le sujet est inversé :

Remarque : Qu’il y ait ou non inversion du sujet, ainsi n’est pas suivi de la virgule lorsqu’il est employé avec le sens de « de cette façon » :

En fin de phrase

Il convient de noter que l’adverbe peut être précédé d’une virgule lorsqu’il est rejeté en fin de phrase. On obtient alors un effet de mise en relief semblable à celui que produiraient les points de suspension :

Le sens de la phrase peut changer du tout au tout selon qu’il y a ou non une virgule devant certains adverbes. Si on écrit :

c’est-à-dire d’une mort naturelle, on dit tout autre chose que si on écrit :

qui veut dire que personne n’est surpris d’apprendre la mort de Jérôme.

Renseignements complémentaires

voir VIRGULE AVEC UN COMPLÉMENT DE PHRASE, ADVERBE, CERTES (VIRGULE).