Le verbe s’infliger est souvent employé abusivement, dans la langue des sports. On le remplace par recevoir une blessure ou se blesser.

S’infliger peut s’employer si la mutilation, le châtiment ou la blessure sont volontaires :