L’expression plus souvent qu’autrement, sans être attestée, est bien formée et très répandue au Canada.

Mais on peut aussi lui préférer :

Renseignements complémentaires

Voir l’article Mots de tête : « plus souvent qu’autrement » de Frèdelin Leroux fils dans L’Actualité terminologique (repris dans les Chroniques de langue), vol. 30,  4 (1997).