Les citations françaises se mettent le plus souvent entre guillemets, et les mots étrangers s’écrivent en général en italique. Par conséquent, une citation en langue étrangère doit être à la fois entre guillemets et en italique :

Si la citation est suivie de sa traduction française, on encadre celle-ci de guillemets et on l’insère entre parenthèses, en caractères ordinaires :

C’est le procédé le plus couramment employé. C’est aussi le plus cohérent quand les citations françaises dans le texte sont déjà entre guillemets : de la sorte, les guillemets encadrent toutes les citations du texte, et l’italique distingue celles qui sont en langue étrangère.

Si l’on a plutôt choisi de mettre l’ensemble des citations dans le texte en italique, les citations étrangères resteront entre guillemets et en italique; mais la traduction, elle, sera donnée en italique, sans guillemets, comme les autres citations françaises dans le texte :

On n’est pas tenu de fournir la traduction d’une citation à l’intérieur même du texte, bien que cela facilite la lecture : on peut aussi le faire dans une note en bas de page. Ou, inversement, on peut donner la traduction dans le texte et l’original dans une note.

Il arrive très souvent qu’on présente la traduction sans fournir l’original, ni dans le texte ni en note. Si on est soi-même l’auteur de la traduction, il peut être important de l’indiquer. Il suffit d’insérer le mot traduction entre crochets – en caractères ordinaires, en italique ou en capitales – avant ou après la citation : [traduction]. C’est un procédé usuel dans les textes à caractère juridique, où l’on écrit le mot en général avec une majuscule initiale :

Avec une citation en retrait :

Ce procédé s’adapte à tout contexte :

Renseignements complémentaires

Pour obtenir plus de renseignements sur les citations :