Les graphies inukshuk et inuksuk sont toutes deux attestées. Le pluriel français en s est recommandé :

Les formes inukshuit et inuksuit se rencontrent, mais ne sont pas conseillées. Elles sont invariables au pluriel : des inukshuit, des inuksuit.

Signification

Le mot inukshuk signifie « forme humaine » en inuktitut. Il désigne une tour de pierres non taillées empilées les unes sur les autres ressemblant grossièrement à un être humain. De nos jours, les inukshuks servent principalement de point de repère pour les voyageurs, étant donné qu’ils sont visibles jusqu’à une dizaine de kilomètres.

Traditionnellement, les Inuits utilisaient les inukshuks dans la chasse au caribou. Ces épouvantails de pierre effrayaient les caribous et les attiraient vers la cache des chasseurs. Les inukshuks servaient également à annoncer un danger imminent, à indiquer un chemin ou un plan d’eau où il y avait du poisson, à marquer un lieu sacré ou servaient de monument funéraire. L’Arctique est un des rares endroits dans le monde où il existe encore des inukshuks, car la tradition inuite interdit leur destruction.

Inunnguaq

Certaines sources précisent que les inukshuks qui prennent la forme d’humains sont de création plus récente et se nomment plutôt inunnguaq (pluriel : inunnguait).

Inukshuk signifierait alors « qui agit comme un être humain » et inunnguaq, « qui est comme un être humain ».

Les inukshuks représenteraient les fonctions de l’homme (ce qu’il fait), tandis que les inunnguaqs représenteraient une forme humaine.