Bien que la forme augurer pour soit fréquente au Canada, elle serait le résultat d’une confusion entre la construction être de bon/de mauvais augure pour et augurer bien/mal de.

Il est préférable d’employer augurer de :