Certaines sources considèrent l’expression à toutes fins pratiques comme un régionalisme canadien dans le sens d’« à tout prendre, dans la pratique ». D’autres indiquent qu’il s’agit d’un calque de l’anglais for all practical purposes ou d’un barbarisme à remplacer par à toutes fins utiles.

Pourtant, les expressions à toutes fins pratiques et à toutes fins utiles ne sont pas synonymes, puisque à toutes fins utiles signifie « pour servir le cas échéant ».

Selon le contexte, il serait préférable de remplacer à toutes fins pratiques par :

Voir l’article Mots de tête : « à toutes fins pratiques » de Frèdelin Leroux fils dans L’Actualité terminologique (repris dans les Chroniques de langue), vol. 33,  3 (2000).