Les mots en langue étrangère qui figurent dans les textes en français sont présentés en italique ou en romain; ils sont parfois encadrés de guillemets. Les règles qui s’appliquent aux divers cas sont énoncées ci-dessous.

Italique

Les mots empruntés aux langues étrangères et non adoptés par l’usage se mettent en général en italique :

Les mots étrangers qui sont entrés dans l’usage français n’ont toutefois plus besoin de l’italique :

Comme dans le cas du latin, il n’est pas toujours facile de savoir si un mot étranger est accrédité par l’usage. Le fait qu’un mot soit l’objet d’une entrée dans un dictionnaire courant nous fournit déjà un bon indice. C’est aussi une question de jugement; il faut tenir compte du contexte et du destinataire. Si l’on pense qu’un mot étranger est peu connu du lecteur, on le mettra en italique.

Les noms étrangers d’organismes, d’entreprises, d’institutions, d’établissements, de bâtiments, de groupes, de manifestations artistiques ou sportives, de compagnies de théâtre, de troupes de danseurs, d’orchestres, sont toujours en caractères ordinaires :

On emploie l’italique pour les citations en langue étrangère, qu’elles soient accompagnées ou non de leur traduction. La traduction, elle, se met entre guillemets dans le caractère du texte principal, c’est-à-dire en romain la plupart du temps :

Guillemets

Certains auteurs préfèrent mettre tout mot étranger entre guillemets, mais c’est un procédé beaucoup moins courant que l’italique :

Si un mot étranger se désigne lui-même, théoriquement il peut être à la fois en italique (comme mot étranger) et entre guillemets (comme mot se désignant lui-même) :

Dans la réalité, on se contente souvent de l’italique :

On donne généralement la traduction d’un mot étranger entre guillemets :

Quand on met la traduction simplement entre parenthèses, les guillemets sont superflus :

Renseignements complémentaires

Pour tout ce qui concerne :

veuillez consulter l’article NOMS PROPRES EN LANGUE ÉTRANGÈRE.

On trouvera aussi des compléments d’information dans les articles EMPRUNTS À DES LANGUES ÉTRANGÈRES, ORGANISMES, INSTITUTIONS, ADMINISTRATIONS, GROUPEMENTS, ETC. (MAJUSCULE) et ÉLISION.