Les parenthèses sont composées de la parenthèse ouvrante « ( » et de la parenthèse fermante « ) ». Ce signe sert surtout à isoler, dans le corps d’une phrase ou d’un paragraphe, des explications ou des éléments d’information utiles à la compréhension du texte, mais non essentiels. Les parenthèses jouent un rôle important dans les textes scientifiques, techniques, juridiques et administratifs, mais il ne faut pas en abuser.

Exemples

Les parenthèses peuvent contenir des éléments comme un sigle, un exemple, une explication, etc. En règle générale, on peut aussi placer ces éléments entre virgules ou entre tirets.

Type d’éléments entre parenthèses avec exemples d’utilisation

Éléments entre parenthèses Exemples
abréviation, sigle ou écriture au long du sigle

Notre maison est garantie par l’APCHQ (Association provinciale des constructeurs d’habitations du Québec).

Il travaille au ministère des Services publics et de l’Approvisionnement du Canada (SPAC).

autre signe de ponctuation

Elle n’a besoin que de cinq heures de sommeil (?) par nuit.

Le déficit sera bientôt comblé (!).

détails d’une citation « C’est la nuit qu’il est beau de croire à la lumière. » (Edmond Rostand, Chantecler)
commentaire

Éric a (enfin!) réussi son examen de mathématiques.

Les semis de fleurs annuelles doivent être effectués environ six semaines avant le dernier gel (cette date varie évidemment selon les régions).

date La Première Guerre mondiale (1914-1918) a fait beaucoup de morts.
exemple Les agrumes (oranges, pamplemousses, citrons, etc.) sont d’importantes sources de vitamine C.
explication La caféine (stimulant que l’on trouve dans le café, le chocolat, le thé, etc.) peut causer l’insomnie.
expression algébrique ou mathématique (a x b)n = an x bn
formules Le méthane (CH4) est un gaz.
langage informatique IF (a AND (b OR c)
mots inversés dans un index alphabétique

Économie (mondialisation de l’)

Riopelle (Jean-Paul)

nom de lieu Mon frère est déménagé à Kingston (Ontario).
pourcentage Cette année, le taux élevé de participation (85 %) à l’assemblée annuelle a réjoui les organisateurs.
renseignements étymologiques Homard (houmar, 1532; anc. nord. humarr)
renvoi ou référence bibliographique

Les recherches effectuées (voir sources ci-dessous) permettent d’affirmer que…

L’autobiographie de Gabrielle Roy (La détresse et l’enchantement, Boréal, 1988) a été publiée après sa mort.

traduction Gilles est maintenant membre du Canadian Institute of Actuaries (l’institut canadien des actuaires).
variante J’ai perdu mon trousseau de clés (ou de clefs).

Espace

On met une espace avant la parenthèse ouvrante, mais pas d’espace après. On ne met pas d’espace avant la parenthèse fermante, mais on en met une après :

Ma passion pour l’ornithologie (étude des oiseaux) date de mon enfance.

On ne met pas d’espace après la parenthèse fermante si elle est suivie d’un autre signe de ponctuation :

Julie ira-t-elle étudier à l’Université du Québec à Montréal (UQAM)?

Majuscule/minuscule

Lorsqu’il est fondu dans la phrase, un passage entre parenthèses ne prend la majuscule que s’il commence par un nom propre :

Une exposition consacrée à William Morris (au Musée des beaux‑arts, à Ottawa) nous fait découvrir un peintre, un poète et un grand penseur.

J’ai passé la période des Fêtes à Saint John (Nouveau-Brunswick).

Ponctuation à l’extérieur des parenthèses

Lorsqu’un texte entre parenthèses est un fragment de phrase, la parenthèse ouvrante n’est jamais précédée d’une virgule, d’un point-virgule ou des deux points. Si le sens de la phrase réclame l’emploi de l’un de ces signes, il faut le placer après la parenthèse fermante :

Veuillez nous faire parvenir votre extrait de naissance (un original, non une photocopie), une photographie récente ainsi que votre curriculum vitae.

Trois conseillers municipaux se sont portés candidats au poste de maire (vacant depuis trois mois) : Adolphe Sirois, Yvan Simard et Roméo Lagrange.

Lorsque le texte entre parenthèses constitue une phrase indépendante, la parenthèse ouvrante est, selon le cas, précédée d’un point, d’un point abréviatif, d’un point d’interrogation, d’un point d’exclamation ou des points de suspension :

Ainsi je vous rappellerai dimanche soir. (J’ose espérer que vous ne vous couchez pas avec les poules et que je n’aurai pas à vous sortir du lit!)

Avez-vous vu l’opéra Madame Butterfly? (Il a été très bien accueilli par la critique.)

Ponctuation à l’intérieur des parenthèses

À l’intérieur des parenthèses, on doit appliquer les règles générales de la ponctuation.

Quand le texte entre parenthèses est considéré comme une phrase indépendante — auquel cas il commence par une majuscule, — il faut placer la ponctuation finale (point, point d’interrogation, point d’exclamation, points de suspension) devant la parenthèse fermante et non après :

Seules des raisons techniques pourraient nous obliger à renoncer à ces travaux. (On comprendra qu’il est impossible de tout prévoir.)

Je ne pourrai terminer ce travail toute seule. (Pourriez-vous me prêter main-forte la semaine prochaine?)

On écrirait aussi correctement, à condition de déplacer le point et de mettre une minuscule initiale au texte figurant entre parenthèses :

Seules des raisons techniques pourraient nous obliger à renoncer à ces travaux (on comprendra qu’il est impossible de tout prévoir).

Je ne pourrai terminer ce travail toute seule (pourriez-vous me prêter main-forte la semaine prochaine?).

Parenthèse fermante employée seule

La parenthèse fermante s’emploie seule après un chiffre ou une lettre pour indiquer les subdivisions d’un texte. Il n’y a pas d’espace entre le chiffre ou la lettre et la parenthèse :

Vous trouverez des explications aux paragraphes 3) et 7).

On l’emploie aussi pour indiquer les éléments d’une énumération :

Les réponses a), c) et e) sont incorrectes.

La parenthèse fermante employée seule s’appelle aussi parenthèse simple.

Parenthèses d’alternative

Les parenthèses d’alternative indiquent que leur contenu est facultatif. On les utilise, par exemple, pour indiquer qu’on a le choix entre deux graphies, qu’on peut écrire un mot avec ou sans les éléments entre parenthèses. On ne met pas d’espace avant ni après les parenthèses d’alternative.

On peut écrire ce mot avec ou sans trait d’union : mots(-)clés.

On emploie les termes graphies tronquées ou formes télescopées pour parler des mots contenant des parenthèses d’alternative.

Marque du pluriel et de la forme féminine

Pour des raisons de clarté, il n’est toutefois pas toujours approprié d’employer les parenthèses d’alternative, notamment dans la féminisation de textes pour indiquer la possibilité du pluriel ou du féminin.

Pour donner au lecteur le choix entre le singulier et le pluriel, certains admettent que l’on place la marque du pluriel entre parenthèses :

Toutefois, ces formes rendent la phrase presque illisible. Il est préférable soit d’employer uniquement le pluriel, soit d’utiliser le ou les (la ou les), qui entraîne l’accord du nom et du verbe au pluriel. Dans certains cas, on peut aussi reformuler :

Ces observations s’appliquent également à l’indication des formes féminines entre parenthèses. Ainsi, on dira « les directeurs et les directrices seront à la réunion » plutôt que « les directeurs(trices) seront à la réunion ».

Crochets

On a recours aux crochets pour intercaler un élément dans un texte déjà entre parenthèses ou pour éviter l’emploi de deux parenthèses de suite :

La nouvelle a fait les manchettes des journaux (Le Devoir, La Presse, The Citizen [31 décembre]).

(1984-1988) [Université d’Ottawa]

Lorsque les deux signes sont employés en même temps, les parenthèses tendent nettement à l’emporter dans l’usage sur les crochets. Il convient donc d’utiliser d’abord les parenthèses, puis les crochets, ces derniers faisant office de sous-parenthèses.

Le rédacteur peut cependant être obligé d’inverser cet ordre. Par exemple, s’il insère dans une citation un commentaire personnel contenant un élément entre parenthèses, il doit utiliser les crochets avant les parenthèses, car la règle veut que toute intervention d’un tiers dans une citation soit signalée par les crochets :

« La grande peinture, c’est des tableaux très ennuyeux [l’auteur a développé cette idée dans L’art brut préféré aux arts culturels (1949)]; plus ils sont ennuyeux et plus ils sont délicats et de bon goût » (J. Dubuffet).