Les dictionnaires d’anglicismes, de néologismes et de difficultés ne se prononcent pas sur l’emploi, très répandu dans la langue administrative, d’initiative pour désigner un programme mis en œuvre par un gouvernement.

Le nom initiative rend l’idée d’une action personnelle que son auteur n’était pas tenu d’accomplir. Il semble en conséquence qu’un gouvernement ne saurait prendre d’initiative en ce qui concerne l’administration du territoire qu’il a justement pour mandat de gouverner.

Cela dit, l’usage semble avoir pris le pas sur les dictionnaires, notamment dans la fonction publique fédérale.