Point

Les titres d’œuvres (livres, pièces de théâtre, films, chansons), de journaux et d’écrits divers tels que des produits d’apprentissage, sont parfois suivis d’un sous-titre. Les titres et les sous-titres écrits au centre de la page, ou dans la marge, ne sont jamais suivis du point, même lorsqu’ils comportent un verbe conjugué :

Point d’interrogation

À la différence du point final, le point d’interrogation peut figurer dans les titres, où sa présence est parfois exigée par le sens même de l’énoncé :

Italique

Le point d’interrogation se met en italique s’il fait partie d’un titre que l’on cite et en caractères ordinaires s’il n’en fait pas partie :

Avec les autres signes de ponctuation

Le point d’interrogation appartenant au titre l’emporte généralement sur la ponctuation de la phrase principale :

Toutefois, pour bien différencier la ponctuation de la phrase de celle du titre, il est aussi possible de conserver le point final :  

Dans une phrase interrogative, on ne rajoute pas de point d’interrogation quand le titre en comporte un :

Adverbes interrogatifs comment et pourquoi

Les titres commençant par les adverbes interrogatifs comment et pourquoi ont parfois la valeur d’une interrogation indirecte qui serait pour ainsi dire privée de son support — comme si le mot voici était sous-entendu. Ces titres ne se terminent pas par un point d’interrogation :

Point d’exclamation

Tout comme le point d’interrogation, le point d’exclamation s’emploie correctement dans les titres, où sa présence peut être exigée par le sens même de l’énoncé :

Le point d’exclamation appartenant au titre peut l’emporter sur le point final de la phrase principale. Toutefois, pour bien différencier la ponctuation de la phrase de celle du titre, il est possible de conserver le point final :

Le point d’exclamation appartenant au titre ne l’emporte cependant pas sur les autres signes de ponctuation, comme la virgule, le point d’interrogation ou les points de suspension. Dans ces cas, la ponctuation normale est conservée :

Deux-points

Quand on cite un document qui comporte un sous-titre, on peut le séparer du titre par le deux‑points. En effet, comme le deux-points sert à introduire un sujet et qu’il permet d’établir un rapport logique entre les deux éléments qu’il sépare, son emploi est tout à fait justifié dans les titres complexes.

Après le deux-points, on met généralement la minuscule au premier mot du sous‑titre :

Toutefois, sur l’ouvrage lui-même, le sous-titre peut figurer sous le titre, sans être précédé du deux-points, et commencer par une majuscule :

Tiret

Lorsque le titre ou le sous-titre est immédiatement suivi du texte sur la même ligne, on peut l’en séparer par un point suivi d’un tiret :

On peut également, dans ce dernier cas, séparer le titre du texte par le deux-points ou par un tiret non précédé d’un point.

Dans les subdivisions de textes, on peut aussi faire suivre les lettres majuscules ainsi que les chiffres romains et arabes d’un point, ou d’un point et d’un tiret :