Majuscule/minuscule

Le nom commercial (ou nom de marque) d’un médicament s’écrit généralement avec la majuscule initiale :

Ce nom commercial est un nom propre et s’écrit souvent tout en majuscules dans les publicités des entreprises pharmaceutiques :

Il arrive qu’un nom commercial s’intègre dans la langue au point d’être ajouté aux dictionnaires usuels en tant que nom commun. Il prend alors la minuscule initiale :

On dit alors que le mot s’est lexicalisé, c’est-à-dire qu’il est entré dans le lexique d’une langue.

Le nom générique du médicament (aussi appelé « dénomination commune »), pour sa part, prend toujours la minuscule :

Italique et nombre

Le nom commercial d’un médicament s’écrit en caractères ordinaires (et non en italique) et est invariable :

Un nom commercial qui s’est lexicalisé, c’est-à-dire qu’il est entré dans le dictionnaire en tant que nom commun, s’accorde en genre et en nombre comme un nom commun ordinaire :

Emploi ou non d’un déterminant

Les ouvrages de langue généraux ne se prononcent pas sur la question de l’emploi du déterminant (ou de l’article) devant un nom commercial de médicament. Doit-on écrire : Benadryl est indiqué en cas d’allergies, ou Le Benadryl est indiqué en cas d’allergies?

Devant un nom commercial de médicament

Pour insister sur le nom commercial d’un médicament, les entreprises pharmaceutiques omettent le déterminant devant le nom; cela se voit en particulier quand le nom commercial est écrit en majuscules et suivi du symbole MD ou ® (marque déposée) :

Serge Quérin, dans son Dictionnaire des difficultés du français médical (2006), dit croire que, si les sociétés pharmaceutiques omettent le déterminant, c’est peut-être par crainte que l’emploi du déterminant favorise une confusion entre nom commercial et nom commun, comme cela s’est produit pour l’aspirine.

Dans un article paru sur le sujet en 2008 dans PHARMATERMMD, le Bulletin terminologique de l’industrie pharmaceutique, l’auteure Louise LeBlanc recommande d’utiliser l’article [le déterminant] dans les textes destinés au grand public et de l’omettre dans les monographies de médicaments et autres textes à caractère plus technique.

« Dans les autres types d’écrits, dit-elle, on a le choix entre ces deux solutions, puisqu’aucune règle de grammaire ni loi ne permet de trancher le débat et que l’usage ne semble pas fixé – bien qu’au Québec la tendance aille dans le sens de l’emploi de l’article. »

Solution hybride

Dans un texte grand public comportant un extrait de la monographie d’un médicament, il est recommandé de faire figurer d’abord le nom générique, accompagné du déterminant qui convient, et le faire suivre de son nom commercial entre parenthèses :

Genre du déterminant

Si l’on accompagne un nom commercial d’un déterminant, celui-ci sera au masculin, le genre étant en principe déterminé par le mot médicament, qui est sous-entendu :

Dans une expression comme prendre deux Advil ou des Tylenol, c’est le nom masculin comprimé qui est sous-entendu. Mais il existe quelques exceptions où le nom du médicament est féminin, notamment le mot aspirine (mais il s’agit ici du nom commun adapté du nom commercial). C’est souvent l’usage qui détermine le genre du mot.

Dans les longues énumérations

Par ailleurs, comme l’indique Le bon usage de Grevisse et Goosse, il est commode de ne pas employer de déterminant dans de longues énumérations de noms commerciaux de médicaments :

La non-répétition du déterminant le devant chaque nom confère plus de vivacité au propos.

Dans l’usage

D’ailleurs, dans l’usage canadien et européen, notamment dans la presse écrite, le déterminant est très fréquent avec les noms commerciaux de médicaments :

Devant un nom générique de médicament

Le déterminant est obligatoire quand on emploie le nom générique du médicament, qui correspond à son ingrédient actif :

Genre du déterminant

Il n’existe pas de genre unique pour les noms génériques des médicaments. Il faut vérifier dans un ouvrage si le nom est masculin ou féminin pour le faire précéder du bon déterminant.

Renseignements complémentaires

Pour plus de renseignements sur l’emploi du déterminant, lire l’article de Louise LeBlanc, « Article et dénomination commerciale d’un médicament », paru en 2008 dans PHARMATERMMD, le Bulletin terminologique de l’industrie pharmaceutique, volume 19,  1.