André Racicot
(L'Actualité langagière, volume 10, numéro 1, 2013, page 24)

L’Afrique est surnommée le « Berceau de l’humanité », car nombre d’historiens estiment que la race humaine a pris naissance en Afrique. Le continent africain est subdivisé en États et en régions. À ce sujet, des mises en garde s’imposent, car les pièges sont nombreux.

Afrique australe et Afrique du Sud

En anglais, les expressions désignant l’Afrique australe et l’Afrique du Sud se ressemblent beaucoup, d’où la confusion fréquente. Southern Africa désigne une région, l’Afrique australe, tandis que South Africa désigne un pays, l’Afrique du Sud. Le langagier cherchant une définition précise d’Afrique australe dans les dictionnaires habituels sera encore une fois déçu et devra s’en remettre… à Internet. Bien entendu, les définitions varient sensiblement d’un site à l’autre mais, grosso modo, la région regroupe les États suivants : Afrique du Sud, Angola, Comores, Lesotho, Madagascar, Maurice, Botswana, Swaziland, Mozambique et Namibie.

Les régions africaines non définies

Outre l’Afrique australe, l’usage a donné ses lettres de créances à deux expressions absolument introuvables dans les dictionnaires courants, même si elles sont fréquemment employées.

Prenons le cas de l’Afrique équatoriale, par exemple. Ni le Petit Larousse ni le Robert des noms propres ne répertorient l’expression. Il faut se rabattre sur l’adjectif équatorial, qui signifie « relatif à l’équateur » (on s’en doutait un peu) ou « situé à l’équateur ». Ma conclusion : l’Afrique équatoriale comprend les États traversés par la ligne de l’équateur, soit le Gabon, le Congo, la République démocratique du Congo, l’Ouganda, le Kenya et la Somalie. Mais qu’en est-il de la Guinée équatoriale? Son nom n’est-il pas assez explicite? Certes, mais le pays est situé juste au nord de l’équateur. Mêlant, n’est-ce pas?

Et pourquoi l’Afrique équatoriale ne comprendrait-elle pas tous les États voisins de l’équateur? En feraient ainsi partie non seulement la Guinée équatoriale, mais aussi d’autres pays, comme l’île de Sao Tomé-et-Principe.

Ne serait-il pas pratique que les deux principaux dictionnaires généraux, le Larousse et le Robert, se décident à définir ce terme? D’autant plus que l’expression désuète Afrique-Équatoriale française se trouve toujours dans les deux ouvrages.

La situation est tout aussi embrouillée en ce qui a trait à l’Afrique subsaharienne. Il faut encore consulter les pages des noms communs pour arriver à une solution. Ainsi, le Petit Larousse de 1993 définit subsaharien comme suit : « proche du Sahara », ce qui n’est pas très précis, car on pourrait penser que l’adjectif renvoie aux pays limitrophes du grand désert. En outre, comment définir la proximité dans ce cas précis? Heureusement, le Larousse a rectifié le tir. Voici la nouvelle définition : « relatif à l’Afrique située au sud du Sahara ». Il ne s’agit donc plus de pays proches du Sahara, mais de tous ceux situés au sud du désert.

Quant au Robert, il dit bien : « relatif aux régions situées au sud du Sahara ». Le plus curieux, c’est que le terme subsaharien n’est apparu dans le Robert qu’après 2007, alors qu’il figure dans le Larousse depuis belle lurette.

Le langagier, tenté d’aller vérifier sur la Toile, pourrait connaître des mésaventures dignes d’Indiana Jones. Par exemple, Wikipédia définit ainsi l’Afrique subsaharienne : « Afrique située au sud du Sahel ». Je vous avais prévenus.

L’Afrique du Nord

Il n’échappera à personne, j’espère, que l’expression Afrique du Nord est mal construite. La partie nord de l’Afrique est bien plus vaste que la région, aussi appelée Maghreb. C’est d’ailleurs à ce terme que renvoient les deux grands dictionnaires. Qu’est-ce que le Maghreb? C’est une région qui englobe l’Algérie, le Maroc et la Tunisie. Jadis, la Libye et la Mauritanie en faisaient aussi partie, de sorte que la région correspondait davantage à la définition que l’on pourrait donner de l’Afrique du Nord. Manquent encore l’Égypte et le Sahara occidental. On n’en sort plus…

Heureusement, il y a le Grand Maghreb, qui englobe la Libye, la Mauritanie et le Sahara occidental.

J’ai déjà parlé de la géométrie variable des subdivisions géographiques comportant des points cardinaux (par exemple comment définir l’Afrique de l’Est?). Force est de constater qu’il est plus facile de délimiter les frontières de régions dont le nom comporte une forme adjectivale ou un substantif défini dans un grand dictionnaire. L’Afrique subsaharienne en est un bel exemple, parce que les dictionnaires de noms communs sont venus à notre secours.

Les grands disparus

La décolonisation a entraîné la disparition de certains toponymes, comme Léopoldville, devenu Kinshasa, et Tananarive, devenu Antananarivo. Le Zaïre, l’ancien Congo belge, a aussi changé de nom : République démocratique du Congo. Ne pas confondre avec son voisin, le Congo, ancienne colonie française. Par ailleurs, personne ne regrettera l’ancienne appellation Rhodésie du Sud, devenu Zimbabwe. L’ensemble formé par la Rhodésie du Sud, la Rhodésie du Nord et le Nyassaland a éclaté pour donner naissance au Zimbabwe, à la Zambie et au Malawi.