André Racicot
(L'Actualité langagière, volume 6, numéro 2, 2009, page 23)

Vous seriez étonnés de voir le nombre de villes qui s’attribuent le nom de Venise du Nord. Parmi les lauréates, mentionnons Amsterdam, Bruges, Saint-Pétersbourg et Stockholm. Je suis sûr qu’il y en a d’autres, car lorsque je donne mes cours aux traducteurs, je constate que le sujet demeure controversé. Mais, heureusement, on ne compte qu’une seule Venise de l’Orient : Bangkok.

Venise, que l’on pourrait surnommer la cité de la lagune, portait jadis le nom de Sérénissime République, mais aussi de cité des doges, en hommage à ceux qui la gouvernaient.

Comme on le voit, les surnoms remontent à la nuit des temps. Pensez à Paris, la Ville lumière, à Rome, la Ville éternelle et à Jérusalem, la Ville sainte, aussi appelée Cité de David.

Les villes du Nouveau Monde ont aussi hérité de surnoms. Les amateurs de sport sont familiers avec la ville de l’automobile (Detroit, du moins jusqu’à nouvel ordre), la ville des vents (Chicago), la ville des fèves au lard (Boston, Beantown en anglais), la ville des anges (Los Angeles), la ville de l’acier (Pittsburgh), la ville de l’amour fraternel (Philadelphie, fondée par la Société des amis, c’est-à-dire les quakers). Pour des raisons évidentes, les Américains appellent San Francisco Shaky Town. Mais Boston a sans doute hérité du plus beau surnom, l’Athènes de l’Amérique, en raison de ses prestigieuses institutions d’enseignement : Harvard, le MIT, a John Kennedy School of Government, et j’en passe.

Plus près de nous, qui ne connaît pas la Ville-Reine (Toronto)? Mais sait-on que Vancouver est surnommée le jardin du Pacifique? Les plus âgés se rappelleront que Montréal a longtemps été désignée comme la ville aux cent clochers, titre qu’elle partage avec Prague et Rouen.

Parfois, le trait dominant est la couleur : la ville dorée (Prague), la ville rose (Toulouse), la ville rouge (Marrakech), la ville bleue (Jodhpur). Mais la palme revient à la ville blanche : La Paz, Casablanca, Alger, Lisbonne, Cadix, Arequipa (Pérou), Belgrade.

Les cités ont également la cote. Pensons à la cité des papes (Avignon), qui a effectivement accueilli la papauté de 1309 à 1376. Quant à la cité de la joie (Calcutta), elle a donné son nom à un livre célèbre de Dominique Lapierre et Larry Collins. Si l’on remonte à l’Antiquité, la colonisation grecque a laissé des traces à Marseille, qui porte encore le nom de cité phocéenne.

Une curiosité : quelle ville est surnommée la cité du lys? Je vous laisse quelques instants pour deviner… Québec? Non, pas du tout! Pensez à la capitale de la Renaissance, la magnifique Florence, dont le lys est le symbole, peut-être parce que les Médicis ont jadis investi la cour de France, mais cela reste à vérifier.

Bien entendu, les pays ont aussi leurs pseudonymes. Il est parfois inspiré par la forme : l’Hexagone pour la France et la Botte pour l’Italie. La politique peut aussi être source d’inspiration.

Ainsi, les Français appelaient l’Allemagne l’ennemi héréditaire, à une autre époque bien sûr, tandis que l’Angleterre était la perfide Albion. L’Empire ottoman, avant d’être ramené aux dimensions de la Turquie actuelle, était désigné sous le nom d’homme malade de l’Europe. Il occupait alors une partie des Balkans, que certains ont surnommés la poudrière de l’Europe. La ville principale de l’empire, Istanbul, était appelée la Sublime Porte, parce qu’elle donnait accès à la mer Noire, et aussi à l’Asie.

Les empires ne le cédaient en rien aux cités. Tout d’abord l’Empire britannique, celui où le soleil ne se couchait jamais, disait-on. Mais que dire du céleste empire ou encore de l’Empire du milieu? Tout le monde aura reconnu la Chine. Un autre empire a aussi connu son heure de gloire, sous la férule du pays du soleil levant, le Japon.

Si les empires accumulaient les richesses, ils ne détestaient pas non plus enfiler les perles : la perle du Danube, Budapest, la perle de l’Orient, Alexandrie, la perle de la Méditerranée, Malte, et la perle du désert, Tombouctou.

Quant au titre de perle des Antilles, il est réclamé par Haïti, la Martinique et la Guadeloupe. À quand un surnom pour le Canada? Certains le désignent déjà comme le pays des érables. Pas mal, non?